Sandrine Rousseau

Sandrine Rousseau
Illustration.
Sandrine Rousseau en 2021.
Fonctions
Secrétaire nationale adjointe
d'Europe Écologie Les Verts

(1 an, 3 mois et 18 jours)
Avec Alain Coulombel
Prédécesseur Élise Lowy
Successeur Sandra Regol
Porte-parole nationale
d'Europe Écologie Les Verts

(2 ans, 5 mois et 27 jours)
Avec Julien Bayou
Prédécesseur Élise Lowy
Successeur Sandra Regol
Vice-présidente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais
chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche

(5 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 21 mars 2010
Président Daniel Percheron
Prédécesseur Jack Lang
Successeur Nicolas Lebas
Conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais

(5 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 21 mars 2010
Circonscription Nord
Groupe politique Europe Écologie - Les Verts
Biographie
Nom de naissance Sandrine Rousseau
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Maisons-Alfort (France)
Nationalité Française
Parti politique EÉLV (2009-2017 ; depuis 2020)
Diplômée de Université de Poitiers
Université de Lille
Profession Économiste

Sandrine Rousseau Écouter, née le à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), est une économiste, écrivaine et femme politique française.

Enseignante-chercheuse en sciences économiques, elle mène ses travaux dans les domaines de l'économie de l'environnement, des emplois domestiques et de la responsabilité sociétale des entreprises. Elle est vice-présidente de l'université de Lille chargée de la vie universitaire.

Militante au sein du parti Europe Écologie Les Verts (EELV) à partir de sa création en , elle exerce des responsabilités d’élue et de cadre du parti : de 2010 à 2015, elle est vice-présidente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle intègre le bureau exécutif d’EELV en , est nommée porte-parole en et devient secrétaire nationale adjointe de la formation trois ans plus tard.

En , elle quitte le parti à la suite de l'affaire Denis Baupin, dont elle est une des accusatrices. La même année, elle fonde et préside l'association Parler (devenue En Parler en 2021), promouvant l’entraide entre victimes de violences sexuelles. Alors que le mouvement MeToo commence, elle est une figure de la lutte contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité femmes-hommes en France.

Elle réintègre EELV en puis se porte candidate à la primaire de l'écologie en vue de l'élection présidentielle de 2022. Elle est battue au second tour par Yannick Jadot, obtenant 48,97 % des suffrages exprimés.

Situation personnelle

Jeunesse et études

Sandrine Rousseau grandit entre Paris et La Rochelle, dans une famille engagée à gauche. Ses parents sont inspecteurs des impôts[1],[2]. Sa mère est « très impliquée à la Confédération française démocratique du travail (CFDT) »[2], puis dans le réseau Artisans du monde. Son père est maire divers gauche de leur petite commune[2].

Installée dans le Nord-Pas-de-Calais pour ses études à partir de 1995, elle y mènera sa carrière universitaire et politique[2]. Villeneuve-d'Ascq puis Lille sont ses villes d’adoption[3].

Formation et carrière universitaire

Elle étudie à l'université de Poitiers avant d'entrer à l'université de Lille. En , elle obtient un doctorat en économie industrielle avec les félicitations du jury, pour une thèse intitulée « Économie et environnement, une analyse régulationniste de la rente environnementale », qui aborde les rapports sociaux à l’environnement et leur impact sur les processus d’accumulation[4],[5].

À partir de , elle est maîtresse de conférences en sciences économiques à l'université de Lille et enseignante-chercheuse au sein du Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE)[6]. Ses domaines de recherche portent sur l'environnement, la responsabilité sociale des entreprises, le travail domestique.

Elle donne des cours à l’Institut d'études politiques de Lille, centrés sur les inégalités sociales et environnementales[7],[8].

Responsabilités administratives

Elle est également depuis vice-présidente en charge de la « Vie étudiante, Vie de Campus / Développement durable et Égalité Femmes-Hommes » de l'université[9]. Elle exerce ces fonctions au sein de l'université Lille-I d'abord puis, à l’issue de la fusion de cette dernière avec les universités Lille-II et Lille-III en , de l’université de Lille au sein d'une équipe composée de 19 vice-présidents où chacun est associé à un domaine précis[10],[11].

Sandrine Rousseau en 2019.

Dans les actions qu’elle y initie ou accompagne, il y a notamment la création de chantiers « nature » pour restaurer les écosystèmes des campus[12] et de potagers participatifs à destination des étudiants, enseignants et membres du personnel de l’université[13] ou encore la mise à disposition gratuite de vélos pour traverser les campus[14] et l'ouverture d’une Maison du vélo à la Cité scientifique[15]. Sur le volet égalité femmes-hommes, elle soutient le projet « université avec un grand Elles », qui met en lumière les femmes qui ont fait l'université de Lille[16], le renommage au féminin de plusieurs amphithéâtres après un vote des étudiants[17], mais aussi la lutte contre les violences à travers l’organisation de manifestations culturelles et de sensibilisation (Les Monologues du vagin[18],[19], des « Semaines de l'égalité »[20]), la mise en place de référents « violences sexistes et sexuelles » dans les soirées étudiantes[21], les ateliers d’autodéfense verbale[22] ou le pilotage de la cellule de lutte contre le harcèlement[23].

Elle se déclare candidate à la direction de l’IEP de Lille en [24] et propose un programme écologique et social au sein de l'école[25],[26]. Elle échoue le 19 janvier face à l'ancien directeur Pierre Mathiot, avec 8 voix contre 21[27],[28], dont — selon elle — deux voix contre d'Olivier Duhamel et Gérald Darmanin[29].

En , elle est élue présidente de la Conférence permanente des chargé(e)s de mission égalité et diversité (CPED), qui fédère quatre-vingt quatorze établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche autour des politiques d’égalité-diversité[30].

Activité d'auteure

Sandrine Rousseau est également auteure de deux romans policiers. En 2007, son premier polar s'intitule Épluchures à la lilloise. Un bien étrange inspecteur mène l'enquête[31]. En 2009, elle publie Qu'est-ce qui fait pleurer les flics ?[32].

Parcours politique

Débuts chez Europe Écologie Les Verts

En 2009, Sandrine Rousseau adhère au nouveau mouvement Europe Écologie Les Verts, fruit d’une ouverture du parti des Verts en vue de la constitution de listes aux élections européennes. Elle indique avoir été sollicitée après avoir invité le Secours populaire à distribuer à la faculté des repas aux étudiants précaires, en tant que vice-présidente en charge de la vie universitaire à l’université de Lille, suscitant une polémique nationale[33]. Poussée par un sentiment d’écoanxiété et un besoin d’agir, elle accepte après avoir d'abord refusé la proposition, jugeant trop difficile d’être à la fois enseignante, mère de trois enfants et militante[33]. Son profil d’économiste travaillant dans le milieu universitaire lui permet de progresser rapidement dans les instances locales du rassemblement écologiste[34].

Candidatures aux européennes et régionales

Quelques mois après son adhésion, elle est candidate aux élections européennes, en 5e position sur la liste Nord-Ouest menée par Hélène Flautre, qui l’emporte dans un contexte de victoire historique pour les écologistes[33].

L'année suivante, elle est candidate aux élections régionales françaises de 2010 pour la région Nord-Pas-de-Calais, en 3e position sur la liste du Nord. À la suite de la fusion des listes de gauche, elle est élue au soir du second tour sur la liste d'union conduite par Daniel Percheron (PS). Elle est nommée vice-présidente du Conseil régional, en charge de la Recherche et l'Enseignement supérieur (jusqu'en 2015)[35],[36],[37].

Elle met notamment en œuvre le plan campus, vaste projet de constructions et réhabilitations visant à améliorer les conditions de vie des étudiants de la région[38], et développe des programmes innovants de recherche comme « chercheurs citoyens » qui associent chercheurs et associations afin de travailler sur des sujets sociétaux[39]. Elle œuvre au projet de fusion des trois facultés lilloises en une seule grande université (fusion qui sera effective en 2018)[40], soutient et développe des programmes de démocratisation de l'enseignement supérieur, crée le dispositif des emplois étudiants afin de faciliter conciliation des études et emplois[41]. Elle pilote et coordonne le schéma régional d'enseignement supérieur et de recherche, crée une instance de concertation "le parlement du savoir"[42]. En matière de recherche, elle soutient de grands programmes et accompagne l'installation sur la région d'équipements, et de centres de recherche sur le diabète, le cancer[43] ou encore sur les sciences du visuel[44].

Signataire de la motion « Maintenant » conduite par Cécile Duflot et Philippe Meirieu, elle intègre le bureau exécutif d'Europe Écologie Les Verts à l'issue du congrès de La Rochelle (juin 2011)[45]. Elle est alors chargée du projet et de l'organisation des Journées d'été. Elle coordonne l'écriture du projet « Vivre mieux » présenté par EELV pour l'élection présidentielle et les élections législatives de 2012[46].

Élections législatives de 2012 dans le Nord

En , elle est candidate investie par EELV et le Parti socialiste dans la 21e circonscription du Nord (Valenciennes)[47]. Elle recueille 16,71 % des suffrages face à Jean-Louis Borloo (UDI) et Fabien Thiémé (Front de gauche)[48],[49]. Au second tour, elle appelle à soutenir Fabien Thiémé[50].

À la suite du congrès de Caen () où elle signe la motion « Pour un cap écologiste ! », elle est réélue en au bureau exécutif d’EELV[51], chargée cette fois du porte-parolat (avec Julien Bayou), poste qu'elle occupe jusqu'en 2016[52],[53].

Tête de liste aux élections municipales de 2014

Elle mène la liste écologiste aux élections municipales de Villeneuve-d'Ascq en , face entre autres au maire historique de la ville, Gérard Caudron, élu depuis 1977 [54]. Elle double le score des écologistes par rapport aux précédentes élections, en obtenant 9,94 % des suffrages au premier tour. A douze voix près, elle ne peut pas se maintenir au second tour[55].

Tête de liste aux élections régionales de 2015

En 2015, elle est désignée par les militants tête de liste d'un rassemblement citoyen comprenant Europe Écologie Les Verts, le Parti de gauche, la Nouvelle Gauche socialiste (parti composé de dissidents venant du Parti socialiste) et de Nouvelle Donne dans le cadre des élections régionales françaises de 2015 en Nord-Pas de Calais-Picardie[56],[57],[58],[59]. Opposée à Xavier Bertrand (UMP) et Marine Le Pen (FN), ses listes sont éliminées dès le premier tour avec 4,83 % des voix.

Cadre au sein d'Europe Écologie Les Verts

À l'issue du congrès d'Europe Écologie Les Verts de , elle conduit sa propre motion et devient secrétaire nationale adjointe du parti aux côtés d'Alain Coulombel, également issu de sa motion, alors que David Cormand est élu secrétaire national[60],[61].

En 2017, elle est candidate aux élections législatives dans la 9e circonscription du Nord[62],[63]. Dans un contexte de triomphe des listes LREM, elle termine cinquième en obtenant 4,74 % des suffrages exprimés.

Le , Sandrine Rousseau annonce sur RTL qu'elle n'est plus cadre d'Europe Écologie Les Verts[64].

Primaire présidentielle de l’écologie de 2021

Le , Sandrine Rousseau annonce sa ré-adhésion à Europe Écologie Les Verts, puis déclare le aux militants du parti sa volonté de se porter candidate à la primaire des écologistes pour l'élection présidentielle de 2022[65],[66],[67],[68],[69]. Elle indique que son retour a été motivé par la nomination de Gérald Darmanin comme ministre de l'Intérieur, en juillet 2020[70]. Première à se porter candidate à la primaire[33], elle a comme concurrents Delphine Batho, Jean-Marc Governatori, Yannick Jadot et Éric Piolle. Elle s'engage en cas de victoire à participer à la Primaire populaire, un scrutin organisé par des militants indépendants qui souhaitent une candidature unique de rassemblement à gauche[71].

Sandrine Rousseau lors des journées d'été des écologistes (, Poitiers).

Considérée comme la toute première candidate, en politique française, à se réclamer de l'écoféminisme[72], elle « s’appuie sur un programme écologiquement radical et féministe » selon Reporterre[33]. Elle défend notamment :

  • l'institution de droits pour la nature ;
  • la mise en place d'une comptabilité et de quotas carbone pour les entreprises et les ménages ;
  • l'instauration de taxes sur les biens et services polluants ;
  • l’augmentation du prix du carbone ;
  • la création d'un « revenu minimal d’existence » de 850 euros pour les jeunes Français sans revenu à partir de 18 ans — financé notamment par la fusion de 15 prestations existantes, l’individualisation de l’impôt, l’augmentation de la progressivité de l’impôt sur les revenus et une fiscalisation du cannabis (dont la consommation serait légalisée) ;
  • la valorisation du SMIC ;
  • la réduction du temps de travail à quatre jours par semaine ;
  • la gratuité des premiers m³ d’eau et mégawatts-heures d’électricité ;
  • la sortie des pesticides ;
  • l'organisation d'une convention citoyenne pour changer de République ;
  • un plus grand pouvoir pour le Parlement et la création d'un « vote de défiance » ;
  • l'instauration d'une forte dose de proportionnelle aux élections législatives[33],[73],[74],[75],[70],[76].

Selon Mediapart, elle « creuse le sillon des luttes contemporaines émanant de la société civile » et « épouse le renouvellement du militantisme antiraciste »[74]. Reporterre indique que « sa candidature a suscité beaucoup d’enthousiasme au sein des réseaux militants féministes, LGBT et antiracistes »[70]. Tout comme sa concurrente Delphine Batho, elle prône la décroissance[77],[78],[79]. Libération l'estime « très proche sur le plan des idées » de son concurrent Éric Piolle[80].

Elle ne revendique pas de soutien au sein du bureau exécutif d'EELV mais est soutenue par quelques élus dont Alice Coffin et Pierre Serne (membres de son équipe de campagne), des membres de la commission féministe du parti, la totalité des lanceuses d’alerte de l’affaire Denis Baupin, ainsi que des artistes tels qu'Eve Ensler, Jane Fonda, Céline Sciamma, Adèle Haenel, Lio et Bruno Solo[73],[70],[33],[81],[82]. Son équipe de campagne est composée principalement de néophytes en politique, avec une minorité de militants traditionnels[33]. Selon Mediapart, elle « prône « une alliance la plus large possible sur un programme de rupture et d’écologie sociale », de fait, plus raccord avec les Insoumis qu’avec les socialistes »[74]. Libération indique que « sa radicalité attire une partie des militants écologistes, souvent jeunes », et que ceux de La France insoumise « l’observent avec une forme de bienveillance » et « aimeraient la voir gagner pour tenter un rapprochement dans la foulée »[83]. Elle entretient de bonnes relations avec Jean-Luc Mélenchon[84],[85].

À l'approche du premier tour, elle apparaît comme la candidate de la primaire la plus visible médiatiquement en raison des polémiques liées à ses prises de position radicales, et en mesure de bousculer le duel annoncé entre Yannick Jadot et Éric Piolle[80],[86],[70]. Elle finit deuxième du premier tour de la primaire avec 25,14 % des voix, se qualifiant pour le second tour[87]. Finalement, Sandrine Rousseau est battue de justesse au second tour face à Yannick Jadot, obtenant 48,97 % des voix exprimées[88].

Selon Acrimed, Sandrine Rousseau a fait l'objet dans les médias d'« une véritable campagne de disqualification, insultes sexistes à l’appui »[89]. Arrêt sur images estime que « ses maladresses sont traquées et disséquées, son engagement féministe jugé "déplacé", son positionnement qualifié de "victimaire" », tandis que son programme a été « complètement ignoré »[90].

Prises de position

Positionnement général

Ses engagements la portent de l’écologie au féminisme et aux questions socio-économiques (notamment l’emploi), qu’elle aborde dans des revues universitaires, des publications dans les grands médias nationaux[91],[92],[93],[94] ou des ouvrages grand public. Ses derniers livres d’intervention ont été consacrés, dans une optique féministe, aux services à la personne, notamment les services de ménage à domicile[95],[96],[97],[98], au programme social des écologistes[99] et à la place des femmes en politique[100],[101],[102],[103].

Protection de l'environnement

Sandrine Rousseau à La Rochelle (2021).

En 2017, elle dépose un recours contre l'État pour inaction sur la pollution, après une série de pics de pollution dans le Nord de la France, face auxquels aucune mesure n’avait été prise[104]. Le jugement du tribunal administratif reconnaît la carence fautive de l'État sans toutefois le condamner. C'est la première fois que la gestion de la pollution par l'État dans une ville, en dehors du protocole européen, fait l'objet d'une qualification en carence fautive[105].

Lutte contre les violences sexuelles

En 2017, elle crée l'association Parler, une association d'entraide entre victimes de violences sexuelles[106]. Elle lance un appel aux dons et aux bénévoles pour pouvoir enclencher les premières actions de l'association. Quatre antennes ouvrent dès janvier 2018[107] où, chaque mois, sont accueillies des femmes victimes de violences sexuelles et où sont animés des groupes de parole. En 2020, l’association est présente dans une dizaine de villes de France. En 2021, l'association devient En parler. La même année, quand elle se déclare candidate à la primaire écologiste, Sandrine Rousseau en quitte la présidence.

En parallèle de son investissement au sein de son association, elle intervient régulièrement dans le débat sur les violences faites aux femmes, et plus largement sur l’égalité femmes-hommes, dans le cadre du mouvement MeToo en France et féministe revendiquée[108],[109].

Adhésion à des collectifs

Étudiante, elle s’engage à Chiche !, les jeunes écolos alternatifs. À l’université, elle se syndique au SNESUP, syndicat national de l'enseignement supérieur[2], et devient vice-présidente chargée de la Vie étudiante et de l'Égalité femmes-hommes. Elle fait adopter en 2008 une Charte pour l’égalité entre hommes et femmes à l’université Lille-I[110]. En 2005, elle intègre le comité de rédaction de la revue écologiste EcoRev'.

Affaire Baupin

En , elle fait partie des quatre élues avec Isabelle Attard, Elen Debost et Annie Lahmer qui accusent le député Denis Baupin de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles dans le cadre d'une enquête réalisée par Mediapart et France Inter[111]. À la suite de ces accusations, le , Denis Baupin démissionne de la vice-présidence de l’Assemblée nationale. Le , l'affaire est classée sans suite, pour prescription[112].

Denis Baupin porte plainte en diffamation contre les journalistes qui ont réalisé l'enquête, Lénaïg Bredoux de Mediapart et Cyril Graziani de France Inter, ainsi que contre le parti Europe Ecologie les Verts. Il annonce déposer plainte pour dénonciation calomnieuse contre les femmes qui l'accusent[113].

En , Sandrine Rousseau publie un livre, Parler, qui raconte le parcours de la combattante que lui a imposé cette affaire, de la prise de parole au dépôt de plainte[114].

Le , elle est invitée dans l'émission On n'est pas couché sur France 2 présentée par Laurent Ruquier, en lien avec son récent livre Parler suscité par l’affaire Baupin. Elle explique l'agression sexuelle dont elle a été victime de la part de Denis Baupin. Elle accuse ce dernier de l'avoir forcée à l'embrasser dans un couloir en marge d’une réunion de EELV en [111]. Elle est prise à partie par Christine Angot[115], qui lui explique de façon virulente qu'elle pense que l'expression publique de sa souffrance et l'attente de la sollicitude de son parti politique n'est pas la bonne, ou la seule façon de se libérer de la souffrance que laisse une agression[116]. Pour cette même émission, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a émis le une mise en demeure à destination de France Télévisions, soulignant la virulence des attaques des chroniqueurs à son endroit et la complaisance de l’animateur s’agissant d’un « sujet particulièrement grave et douloureux », ainsi que le montage trompeur opéré par la chaîne pour cette émission[117].

Le procès consécutif à la plainte en diffamation initiée par Denis Baupin a lieu en . Celui-ci est débouté et condamné pour procédure abusive à verser à Sandrine Rousseau, comme aux autres prévenues, cinq cents euros de dommages et intérêts[118].

D'après elle, si cet épisode marque une rupture dans sa carrière politique, il signe aussi son entrée dans l’engagement associatif, pour la libération de la parole et contre les violences faites aux femmes[119].

Synthèse des résultats électoraux

Primaire de l’écologie

Année Parti 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
2021[réf. nécessaire] EÉLV 26 801 25,14 2e 50 102 48,97 Éliminée

Élections législatives

Année Parti Circonscription 1er tour Issue
% Rang
[120] EÉLV 21e du Nord 16,71 3e Éliminée
[121] 9e du Nord 4,74 5e

Élections régionales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Liste Région 1er tour Sièges obtenus
% Rang
[122] EÉLV-PG-ND Hauts-de-France 4,83 5e
0  /  170

Élections municipales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Liste Commune 1er tour Sièges obtenus
% Rang CM MEL
[123] EÉLV Villeneuve-d'Ascq 9,94 4e
0  /  49
0  /  7

Publications

Publications scientifiques

Ouvrages

Essais

Romans

  • Sandrine Rousseau, Épluchures à la lilloise, Villeneuve-d'Ascq, Ravet-Anceau, coll. « Polards en Nord » (no 15), (1re éd. septembre 2007), 320 p. (ISBN 978-2-914657-33-4).
  • Sandrine Rousseau, Qu'est-ce qui fait pleurer les flics ?, Villeneuve-d'Ascq, Ravet-Anceau, coll. « Polards en Nord » (no 37), (1re éd. janvier 2009), 288 p. (ISBN 978-2-914657-69-3).

Notes et références

  1. « Primaire écologiste : Sandrine Rousseau, la coriace », sur L'Obs (consulté le )
  2. a b c d et e « Sandrine Rousseau, l'universitaire écolo » [archive du ], sur nordeclair.fr (Nord Éclair), (consulté le ).
  3. « Sandrine Rousseau : biographie, news, photos et videos », sur programme-tv.net (Télé-Loisirs) (consulté le ).
  4. Sandrine Rousseau Thèse de doctorat, faculté des sciences économiques et sociales, université des sciences et technologies de Lille, 26 février 2002, 386 pp.
  5. « Économie et environnement : une analyse régulationniste de la rente environnementale / Sandrine Rousseau - De Vetter ; sous la dir. de François Stankiewicz et Bertrand Zuindeau / par Sandrine Rousseau - Sudoc », sur sudoc.fr (consulté le ).
  6. Bureau de CPED, « Sandrine Rousseau Archives », sur CPED (consulté le ).
  7. Sandrine Rousseau, « Descriptif d’enseignement - Inégalités sociales, inégalités environnementales », Publications de Sciences Po Lille,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  8. Sandrine Rousseau, « Descriptif d’enseignement - Problèmes internationaux », Publications de Sciences Po Lille,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  9. « Organisation - Université de Lille », sur univ-lille.fr (consulté le ).
  10. « On vous annonce la naissance officielle de la grande université de Lille », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  11. « Organisation - Université de Lille », sur www.univ-lille.fr (consulté le )
  12. « Nature et biodiversité - Université de Lille », sur univ-lille.fr (consulté le ).
  13. Marine Dessaux, « Les étudiants-jardiniers avec le », sur Campus Matin : Le magazine des professionnels et des académiques de l’enseignement supérieur et de la recherche (consulté le ).
  14. « Besoin d'un vélo pour aller en cours ? La fac peut vous en prêter un gratos », sur Vozer, (consulté le ).
  15. « - À la cité scientifique, une Maison du vélo pour inciter les étudiants à circuler à deux roues », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  16. « L'Université avec un grand Elles - Université de Lille », sur univ-lille.fr (consulté le ).
  17. Hugo Palacin, « L'université de Lille va donner des noms de femmes à ses amphis, et c'est à vous de voter », sur Pépère News, (consulté le ).
  18. « Les Monologues du Vagin de Eve Ensler », sur Direction Culture, Université de Lille (consulté le ).
  19. « Les Monologues du vagin à l'université de Lille (vidéo) », sur You tube, .
  20. « L’université de Lille s’engage pour les droits des femmes pendant tout le mois de mars », sur LA VDN, (consulté le ).
  21. « Charte des associations étudiantes de l'université de Lille, art. 5 », sur Université de Lille, .
  22. « Droits des femmes : l'université de Lille organise des ateliers d'autodéfense verbale », sur France Bleu, (consulté le ).
  23. Marlène Thomas, « Harcèlement sexuel : dans l’enseignement supérieur, des cellules d’écoute au compte-gouttes », sur Libération.fr, (consulté le ).
  24. « L'université de Lille va distribuer des kits gratuits de protections hygiéniques », sur BFMTV (consulté le ).
  25. « Éducation - Sciences Po Lille se cherche un nouveau directeur », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  26. Sandrine Rousseau, « Projet d’établissement de Sciences Po Lille », Publications de Sciences Po Lille,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  27. « Lille - Pierre Mathiot redevient directeur de Sciences Po Lille », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  28. « Sandrine Rousseau : « Croyez en vous, vous avez des ressources que vous n'imaginez pas ! » », sur madmoiZelle.com, (consulté le ).
  29. « Sandrine Rousseau dévoile qui a voté contre elle à Sciences Po Lille », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  30. Bureau de la CPED, « Communiqué de presse : Sandrine Rousseau élue à la tête de la CPED », sur CPED, (consulté le ).
  31. Sandrine Rousseau, Épluchures à la lilloise, Villeneuve-d'Ascq, Ravet-Anceau, , 305 p. (ISBN 978-2-914657-33-4 et 2-914657-33-1, OCLC 470783702, lire en ligne).
  32. Sandrine Rousseau, Qu'est-ce qui fait pleurer les flics ?, Villeneuve-d'Ascq, Ravet-Anceau, , 278 p. (ISBN 978-2-914657-69-3 et 2-914657-69-2, OCLC 470903816, lire en ligne).
  33. a b c d e f g et h Justine Guitton-Boussion et Anne Speltz, « Sandrine Rousseau, alternative féministe à Yannick Jadot et à Éric Piolle », sur reporterre.net, (consulté le ).
  34. Dounia Hadni, « Sandrine Rousseau, elle ne se couchera pas », sur libération.fr, (consulté le ).
  35. Site du conseil régional Nord-Pas de Calais, consulté le 27 août 2015.
  36. « Sandrine Rousseau, vice-présidente à l'enseignement supérieur : sortir de la logique de mise en concurrence des universités », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  37. « Elu.e.s du conseil régional Nord-Pas de Calais », sur EELV (consulté le ).
  38. « Inforum, le blog infos de Lille3 – Plan Campus : un vent de renouveau sur les universités lilloises » (consulté le ).
  39. « Troisième édition du dispositif « chercheurs citoyens » | Elu-e-s du Conseil régional Nord Pas de Calais » (consulté le ).
  40. « Changement de cap : les universités de Lille visent 'clairement' la fusion », sur letudiant.fr (consulté le ).
  41. « Des contrats étudiants sur les campus lillois », sur Grand Lille TV, .
  42. « Parlement du savoir », sur Académie de Lille (consulté le ).
  43. « Pose de la 1ère pierre de l’institut européen de génomique du diabète (EGID) / Archives 2014 / Archives / Actualités / Accueil - Les services de l'État dans le Nord », sur nord.gouv.fr (consulté le ).
  44. « Inauguration du programme Sciences et Cultures du Visuel et de la plateforme IrDIVE, Imaginarium de Tourcoing (Plaine Images) », sur webtv.univ-lille.fr (consulté le ).
  45. « Présentation des membres du bureau Exécutif national », sur Europe Écologie les Verts, (consulté le ).
  46. « Le Conseil d’orientation Politique d’EELV (COP), une première année de vie pour s’inventer », sur Europe Écologie les Verts, (consulté le ).
  47. « Site de campagne de Sandrine Rousseau et de Lahcen Boudjoudi, 21e circonscription du Nord, rousseauboudjoudi.fr » (consulté le ).
  48. France TV Info, Législatives 2012.
  49. Le JDD, « Un score moins bon qu'en 2007 pour Borloo », sur lejdd.fr (consulté le ).
  50. « Jean-Louis Borloo en ballottage », sur CNEWS (consulté le ).
  51. « Les motions d'orientation issues du Congrès fédéral », sur Europe Écologie les Verts, (consulté le ).
  52. « Engagements pour une gouvernance renouvelée d’EELV », sur Europe Écologie les Verts, (consulté le ).
  53. « Sandrine Rousseau porte parole d'EELV du 09 janvier 2016 - France Inter », sur franceinter.fr (consulté le ).
  54. « A Villeneuve-d’Ascq, Gérard Caudron n’a rien cédé : les Verts sortent du jeu et crient à « l’irresponsabilité » », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  55. « Villeneuve-d’Ascq: ce n’est pas parce que les écologistes ne sont plus élus qu’ils vont se taire », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  56. « Nord-Pas de Calais - Picardie : l’écologie au cœur de notre grande région. », sur npdc.eelv.fr, (consulté le ).
  57. M.V., « Élections régionales : Sandrine Rousseau tête de liste d’Europe Écologie - Les Verts », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. « Sandrine Rousseau : “Je veux faire gagner la gauche… mais une autre gauche” », DailyNord, 13 octobre 2015.
  59. Le Point magazine, « Régionales 2015 : Rousseau juge », sur Le Point, (consulté le ).
  60. « EELV : Le congrès de la dernière chance ? », sur EELV Île-de-France, (consulté le ).
  61. Raphaëlle Besse Desmoulières, « À EELV, David Cormand prend les rênes d’un parti « qui va mal » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  62. « Sandrine Rousseau », sur Sandrine Rousseau (consulté le ).
  63. « Législatives / 9e circonscription - Sur une «terre de droite», Sandrine Rousseau compte faire peser l’écologie », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  64. Le Point magazine, « Rousseau quitte la direction d'EELV pour se consacrer à la lutte contre les violences sexuelles », sur Le Point, (consulté le ).
  65. « Sandrine Rousseau, la candidate écolo qui défie Yannick Jadot et Eric Piolle », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  66. Pierre Lepelletier, « Primaire EELV : décidée à «gagner la présidentielle», Rousseau veut déjouer le match Jadot-Piolle », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. Charlotte Belaïch, « Sandrine Rousseau à EE-LV : un retour en douce pour un match retors », sur Libération.fr, (consulté le ).
  68. Pierre Lepelletier, « Sandrine Rousseau veut être la candidate des écologistes à la présidentielle », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  69. « La Lilloise Sandrine Rousseau veut porter les couleurs EELV pour la présidentielle », sur LA VDN, (consulté le ).
  70. a b c d et e Justine Guitton-Boussion et Mathieu Génon, « Sandrine Rousseau, l’écoféministe qui dérange », sur Reporterre, (consulté le ).
  71. Arnaud Focraud, « Présidentielle de 2022 : Mélenchon, Jadot ou Hidalgo candidats malgré eux à une primaire citoyenne », sur Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  72. Politis, « Sandrine Rousseau : L'écoféminisme, c'est le refus de la prédation », sur politis.fr,
  73. a et b Diane de Fortanier, Yann Guégan, « Présidentielle 2022 : l’entourage de Sandrine Rousseau », sur Contexte.com, (consulté le ).
  74. a b et c Pauline Graulle, « Primaire des écologistes : quatre candidats entre décroissance et « 13e mois écologiste » », sur mediapart.fr, (consulté le ).
  75. Barthélémy Philippe, « Semaine de 4 jours, ISF vert, revenu d’existence… les propositions chocs des candidats à la primaire écologiste », sur capital.fr, (consulté le ).
  76. Vincent Bresson, « Primaire écologiste: Jadot-Rousseau, les écolos que tout oppose », sur Slate, (consulté le ).
  77. Jade Grandin de l'Eprevier, « Décroissance: le grand embarras des Verts », sur lopinion.fr, (consulté le )
  78. Nina Jackowski, « EE-LV à Poitiers : la radicalité, jusqu’où ? », sur liberation.fr, (consulté le ).
  79. Maxime Ferrer, « La décroissance : d’où vient ce concept politique qui fait débat à la primaire écologiste ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  80. a et b Nina Jackowski, « Echange tendu sur Europe 1 : Sandrine Rousseau fière de «bousculer l’ordre» », sur liberation.fr, (consulté le ).
  81. Pauline Graulle et Ellen Salvi, « Primaire écologiste : cinq candidatures à la lumière de leurs soutiens », sur Mediapart, (consulté le ).
  82. Anne-Sophie Mercier, « Sandrine Rousseau, la victimaire des batailles », Le Canard enchaîné, no 5260,‎ .
  83. Rachid Laïreche, « 2022, v'là les Verts. Primaire écologiste : cinq prétendants ouverts aux quatre vents », sur liberation.fr, (consulté le ).
  84. Rémi Clément, « EELV: Comment Sandrine Rousseau électrise la primaire des verts », sur challenges.fr, (consulté le ).
  85. Pauline Graulle et Mathieu Dejean, « Primaire des Verts : cinq candidats, une possibilité », sur Mediapart, (consulté le ).
  86. Jannick Alimi, « Primaire écolo : propos chocs, volonté de rupture... À quoi joue Sandrine Rousseau ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  87. « Election présidentielle 2022 : Yannick Jadot et Sandrine Rousseau qualifiés pour le second tour de la primaire écologiste », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  88. « Primaire écologiste: vaincue, Rousseau apporte son soutien à Jadot mais fustige les "demi-mesures" », sur bfmtv.com (consulté le )
  89. Sophie Eustache, « Sandrine Rousseau, la candidate qui n’a pas plu aux médias », sur Acrimed.org, (consulté le ).
  90. Pauline Bock, « Sandrine Rousseau, de "victimaire" à "favorite" », sur arretsurimages.net, (consulté le ).
  91. « Services à la personne : une niche fiscale si consensuelle… », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  92. « Faut-il soutenir les emplois à domicile ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. Sandrine Rousseau, « Le temps de travail, symbole de la fracture idéologique à gauche », sur Libération.fr, (consulté le ).
  94. « Services à la personne : “Les pouvoirs publics doivent mieux réguler le secteur” », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. Anne Chemin « « Du balai. Essai sur le ménage à domicile et le retour de la domesticité », de François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau : le ménage, un problème politique », Le Monde des livres, 30 mars 2011.
  96. Fanny Doumayrou « Ménage à domicile. Une précarité subventionnée », L'Humanité, 29 septembre, 2011.
  97. Frédérique Giraud « François-Xavier Devetter, Sandrine Rousseau, Du balai. Essai sur le ménage à domicile et le retour de la domesticité » Lectures, Les comptes rendus, 2011.
  98. Alain Lipietz « À propos de Du balai. Essai sur le ménage à domicile et le retour de la domesticité ».
  99. « Oui, l'écologie, c'est social ! », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le ).
  100. Delphine Bancaud « Cinq conseils pour réussir en politique lorsqu’on est une femme », 20 Minutes, 4 mars 2015.
  101. Carole Boinet Comment être une femme en politique? Un “Manuel de survie” dispense des conseils, », Les Inrocks, 4 mars 2015.
  102. Pierre-Laurent Flamen « Sandrine Rousseau, ambassadrice de la survie des femmes en politique » La Voix du Nord, 28 février 2015.
  103. « Sandrine Rousseau : « Pour réussir en politique, une femme doit être un peu jeune et jolie » », Libération, 4 mars 2015.
  104. Sylvain Marcelli, « Pollution de l'air : l'ancienne élue Sandrine Rousseau attaque l'État en justice », sur Mediacités, (consulté le ).
  105. « Pollution de l'air à Lille : l'État reconnu fautif par le tribunal administratif, mais pas condamné », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le ).
  106. « Harcèlement sexuel : Parler, une association pour « transformer l’émotion en changement de société » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  107. Lille, Paris, Lyon et Bordeaux.
  108. « Violences sexuelles : « Brandir la menace d’une erreur judiciaire est une manière d’intimider les femmes » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  109. Le JDD, « L'appel de près de 200 personnalités : "Sorcières de tous les pays, unissons-nous!" », sur lejdd.fr (consulté le ).
  110. « Charte pour l’égalité entre hommes et femmes à l’université de Lille 1 », site consulté le 27 août 2015.
  111. a et b Lénaïg Bredoux, « Des femmes dénoncent les agressions et harcèlements sexuels de Denis Baupin », sur mediapart.fr, (consulté le ) : « Octobre 2011, Montreuil. Sandrine Rousseau se tient à la tribune, face aux cadres d’Europe Écologie-Les Verts venus préparer le programme pour la présidentielle et les législatives de 2012. « À un moment donné, j’ai voulu faire une pause », raconte-t-elle. Elle se lève, quitte la pièce, part aux toilettes. « Dans le couloir qui longe la salle, Denis Baupin est venu. Il m’a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine, et a cherché à m’embrasser. Je l’ai repoussé violemment. » Tout se passe très vite. Presque en silence. ».
  112. Alexandre Boudet, « Pourquoi le harcèlement sexuel est prescrit au bout de trois ans », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  113. « Denis Baupin va porter plainte contre ses accusatrices et EELV », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  114. Marie Huret, « Sandrine Rousseau publie un ouvrage sur l'affaire Baupin : “Je pensais être la seule” », sur marianne.net, (consulté le ).
  115. Laïque Dabri, « Christine Angot vs Sandrine Rousseau : Après la polémique, France 2 s'exprime », article et vidéo d’un extrait de l’émission “On n’est pas couché”, sur Purepeople.com, (consulté le ).
  116. Nadia Daam, « Ne réduisons pas l'échange Christine Angot-Sandrine Rousseau à un vulgaire clash télé », sur Slate.fr, (consulté le ).
  117. Audrey Kucinskas, « Affrontement Angot-Rousseau: France 2 mise en demeure par le CSA », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  118. Michel Deléan, « Denis Baupin est débouté de son procès et condamné pour procédure abusive », sur mediapart.fr, (consulté le ).
  119. Antoine Sabbagh, « RÉTRO 2017 - Sandrine Rousseau veut libérer la parole des femmes », sur FranceBleu.fr, (consulté le ).
  120. « Résultats des élections législatives 2012 - 21ème circonscription - Nord », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  121. « Résultats des élections législatives 2017 - 9ème circonscription - Nord », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  122. « Résultats des élections régionales 2015 - Nord-Pas-de-Calais - Picardie », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  123. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Villeneuve-d'Ascq », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).

Liens externes

Information

Article Sandrine Rousseau en français Wikipedia a pris les places suivantes dans le classement local de popularité:

Le contenu présenté de l'article Wikipédia a été extrait en 2021-10-09 sur la base de https://fr.wikipedia.org/?curid=9440913