Saint Louis (paquebot)

Saint Louis
Image illustrative de l’article Saint Louis (paquebot)
Le Saint Louis dans le port de Hambourg.
Autres noms St. Louis
Type Paquebot transatlantique
Histoire
Chantier naval Bremer-Vulkan, Brême
Quille posée 16 juin 1925
Lancement 6 mai 1928
Mise en service 15 juin 1929
Statut Démoli à Hambourg en 1952
Caractéristiques techniques
Longueur 175 m
Maître-bau 22 m
Tonnage 16 732 tonneaux
Propulsion Moteurs Diesel MAN, 2 hélices
Vitesse 16 nœuds
Caractéristiques commerciales
Pont 8
Passagers 973 (270 en cabine, 287 en touriste, 416 en 3e)
Carrière
Propriétaire Hamburg-Amerikanische-Packetfahrt-Actien-Gesellschaft
Armateur Hamburg America Line
Pavillon Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Le Saint Louis est un ancien paquebot transatlantique allemand à bord duquel 963 Juifs allemands quittent l'Allemagne nazie en mai 1939. Mais les passagers se voient refuser de débarquer à Cuba, leur destination initiale et, après un refus des États-Unis et du Canada de les accueillir, le navire revient en Europe où les passagers sont débarqués à Anvers le puis répartis entre la Belgique, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la France.

Son commandant, Gustav Schröder, est en 1993 reconnu à titre posthume Juste parmi les nations.

Le paquebot

Le Saint Louis, mis en service en 1929, est un paquebot transatlantique de la compagnie hambourgeoise Hapag assurant en général la ligne HambourgAmérique[1]. Il disposait de huit ponts et pouvait accueillir 400 passagers en 1re classe et 500 passagers en classe touriste. Au printemps 1939, le bateau est commandé par le capitaine Gustav Schröder et comprend 231 membres d'équipage.

La traversée du printemps 1939

Contexte

En 1939, les Juifs allemands sont déjà l'objet de persécutions. Quelques mois auparavant, en novembre 1938, s'est déroulé un pogrom dans toute l'Allemagne : la nuit de Cristal. De nombreux Juifs sont arrêtés et regroupés en camp de travail forcé. Dans le même temps, les lois sur l'immigration et l'émigration ont accentué les difficultés des Juifs allemands à quitter l'Allemagne, et ils doivent se dépouiller de tous leurs biens au profit des nazis.

Embarquement à Hambourg.

Dans ce contexte, le Saint Louis constitue pour beaucoup un des derniers espoirs de quitter le Reich : à la condition expresse qu'ils quittent l'Allemagne afin d'émigrer avec le Saint Louis. Certains passagers ont réussi à sortir des camps de concentration, tels que Dachau, dans lesquels ils étaient internés[1].

Beaucoup de passagers laissent derrière eux certains membres de leur famille car le coût du billet est prohibitif pour des Juifs qui ont souvent perdu leur travail et tous leurs biens. 400 passagers en 1re classe (800 Reichsmarks en 1re classe et 600 Reichsmarks en classe touriste. Les passagers ont en outre été obligés de payer 230 Reichsmarks de plus au cas où le bateau serait obligé de faire demi-tour. Un certain nombre d'entre eux ont aussi de la famille qui a émigré auparavant.

Pour les Nazis, ce voyage sert essentiellement leur propagande. Leur objectif est de montrer à l'étranger et par la propagande intérieure que les Juifs allemands sont libres d'émigrer s'ils le désirent.

Le voyage vers Cuba

Passagers bloqués au port de La Havane.

Les 896 passagers, munis d'un visa touristique pour Cuba ou de permis réguliers d'immigration, embarquent le et le bateau appareille de Hambourg pour Cuba à huit heures du soir, sous le commandement de Gustav Schröder[2]. Il fait escale le dans la rade de Cherbourg pour y embarquer les derniers voyageurs[3]. À Cuba, pays de transit, les Juifs sont censés attendre que les quotas américains leur permettent d'entrer aux États-Unis. Le Saint Louis a à son bord six « observateurs » nazis travaillant pour le compte de l’Abwehr et chargés de récupérer à Cuba des informations concernant l'état d'esprit de l'administration et de l'armée américaine, alors présente dans l'île.

Une demi-heure après avoir quitté le port, le Saint Louis reçoit un message qui ordonne, sans explication, au bateau d'accélérer son allure pour rattraper deux autres navires, le Flandre et l’Orduna, qui font aussi route vers Cuba avec des réfugiés juifs à leur bord. Le voyage se déroule dans de bonnes conditions. Le capitaine a insisté auprès de l'équipage afin qu'il traite les passagers comme lors des croisières habituelles. Le , le capitaine reçoit un télégramme l'informant d'un possible problème pouvant empêcher les passagers de débarquer à Cuba. Il organise un petit comité composé de juristes afin d'étudier la question et les options possibles au cas où les passagers ne seraient pas autorisés à y débarquer.

L'asile refusé

Au début de l'année 1939, le gouvernement cubain a établi un décret différenciant les conditions d'accès sur son sol selon que les arrivants sont touristes ou réfugiés. Selon ce décret (le décret 55) et contrairement aux touristes, les réfugiés doivent désormais disposer d'un visa pour entrer à Cuba et en plus payer 500 dollars afin de prouver qu'ils pourraient subvenir à leurs besoins une fois arrivés sur l'île. Cependant, le décret a une faille : il ne définit pas clairement la différence entre un touriste et un réfugié. Le directeur de l'immigration, Manuel Benitez, profite de cette faille pour délivrer des permis touristiques, beaucoup moins chers mais pas tout à fait légaux, censés permettre à leurs détenteurs de débarquer à Cuba. La société Hapag proposa des forfaits contenant une traversée et un visa. Le , le président cubain Federico Laredo Brú et son cabinet promulguèrent un autre décret (le décret 937) afin de combler la faille du décret 55. Benitez est accusé de trafic et de corruption[4].

Arrivé le au large du port de La Havane, le paquebot n'est pas autorisé à accoster et doit mouiller en dehors de la rade. Les passagers se voient refuser l'entrée à Cuba, malgré les visas que leur avait accordés l'ambassade de Cuba en Allemagne. Le capitaine Schröder essaye ensuite de débarquer ses passagers directement aux États-Unis.

Retour en Europe

Contraint de quitter le port de La Havane le , le capitaine fait cingler le paquebot vers l'Amérique du Nord. Le périple du bateau entraîne une très grosse controverse aux États-Unis. À l'origine, le président des États-Unis, Franklin D. Roosevelt, qui avait organisé quelques mois auparavant la Conférence d'Évian sur les réfugiés juifs, montre une certaine volonté d'accueillir une partie des réfugiés. Mais l'opposition véhémente du Secrétaire d'État Cordell Hull et des Démocrates des États du Sud (certains allant jusqu'à le menacer de ne pas le soutenir à l'élection présidentielle de 1940), le font renoncer.

Négociations en Belgique.

Le , Roosevelt ordonne l'interdiction d'entrée au bateau qui attend dans la mer des Caraïbes entre la Floride et Cuba. Schröder tente d'entrer au Canada, mais est une nouvelle fois refoulé. Il repart vers l'Europe[5].

Durant la traversée du retour, Morris Troper, directeur pour l'Europe de l'organisation humanitaire juive American Jewish Joint Distribution Committee, entreprend des démarches pour trouver une issue. Le capitaine Schröder a sérieusement envisagé d'échouer son navire sur les côtes britanniques, de manière à rendre impossible le retour de ses passagers en Allemagne. Enfin, le samedi , la Belgique accepte d'accueillir 214 passagers ; le Royaume-Uni 288 ; les Pays-Bas 181 et la France 224[6]. Le bateau accoste le à Anvers, d'où les passagers sont redirigés vers leur destination finale[7]. Les passagers à destination de la France et du Royaume-Uni prennent un autre bateau envoyé par la compagnie qui avait affrété le Saint Louis, respectivement vers Boulogne-sur-Mer et Southampton. Selon Joint, le sauvetage des passagers du Saint-Louis a été un événement unique dans l'histoire[6].

Le paquebot et son capitaine après 1939

Le capitaine ne fut pas poursuivi par le régime national-socialiste. Gustav Schröder et sa famille restèrent à Hambourg et survécurent à la guerre. Dans les années d'après-guerre, les survivants du Saint-Louis lui envoyèrent de l'argent et des cadeaux, en témoignage de leur gratitude[6].

Il écrit en 1949 un livre mémoire intitulé Heimatlos auf Hoher See (Apatrides en haute mer).

Gustav Schröder est décédé à Hambourg le 10 janvier 1959. Le 11 mars 1993, le Yad Vashem, l'institut international pour la mémoire de la Shoah, lui a décerné à titre posthume la médaille de « Juste parmi les nations » au nom de l'État d'Israël.

De 1940 à 1944, le navire est réquisitionné par la Kriegsmarine comme transport de troupes et caserne flottante. Il est gravement endommagé lors du bombardement allié sur Kiel le , mais est réparé et sert comme bateau-hôtel à Hambourg en 1946. Il fut ensuite envoyé à la casse en 1952.

Notes et références

  1. a et b Agnès Rotivel, « L'errance des passagers juifs du Saint-Louis  », La Croix,‎ (lire en ligne).
  2. (de) Georg Reinfelder, MS "St. Louis", Hentrich & Hentrich, , p. 8.
  3. (de) Georg Reinfelder, MS "St. Louis", Hentrich & Hentrich, , p. 33.
  4. Bernard Benyamin , L'odyssée de la peur, Edi8, (lire en ligne).
  5. Leïla Marchand, « En 1939, l'Amérique ferma sa frontière à un paquebot de 908 réfugiés juifs », Slate,‎ (lire en ligne).
  6. a b et c Selon le documentaire de Arte TV "Les indésirables : l'errance du Saint-Louis", 2019, Allemagne.
  7. Ephraim Schmidt, L'histoire des juifs à Anvers, Université d'Anvers, , p. 136.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Bernard Benyamin , L'odyssée de la peur,
  • Gilbert Sinoué, Un bateau pour l'enfer,
  • Diane Afoumado (préf. Serge Klarsfeld), Exil impossible. L'errance des Juifs du paquebot « St. Louis », Paris, L'Harmattan, . Cette étude rigoureuse sur le périple des passagers du St. Louis repose principalement sur des archives américaines et allemandes, jusque-là non exploitées.
  • L'épisode du Saint-Louis à Cuba est également relaté dans le roman Hérétiques, de Leonardo Padura.

Articles connexes

Source

Information

Article Saint Louis (paquebot) en français Wikipedia a pris les places suivantes dans le classement local de popularité:

Le contenu présenté de l'article Wikipédia a été extrait en 2021-06-25 sur la base de https://fr.wikipedia.org/?curid=575493