Portrait d'Adele Bloch-Bauer I

Portrait d'Adele Bloch-Bauer I
Image dans Infobox.
Artiste
Date
1907
Type
peinture
Technique
Huile, or et argent sur toile
Dimensions (H × L)
138 × 138 cm
Mouvements
Collection
Localisation

Le Portrait d'Adele Bloch-Bauer I est une peinture de Gustav Klimt (1907), qui a été achetée pour 135 millions de dollars, le , lors d'une vente privée, par le milliardaire Ronald Lauder, après avoir été rendue à la famille Bloch-Bauer par le musée du Belvédère de Vienne. L'œuvre est exposée désormais à la Neue Galerie à New York.

Description

Klimt a mis trois ans pour accomplir cette peinture. Formant un carré de 138 centimètres de côté, elle est peinte sur une toile avec de la peinture à l'huile, ainsi que de l'or et de l'argent, qui mettent en valeur l'ornement raffiné et complexe comme on le retrouve dans l'Art nouveau allemand, le Jugendstil. Klimt était un membre de la Sécession viennoise, un groupe d'artistes qui a rompu avec la peinture traditionnelle.

Inspiré par les mosaïques de la Basilique Saint-Vital de Ravenne[1], et plus particulièrement celle représentant l’impératrice Théodora (VIe siècle), Klimt crée avec le portrait d’Adèle Bloch-Bauer un monument à la gloire de la beauté féminine. L’utilisation abondante de l’or aux dépens de la couleur et ce rapport intime à l’histoire créent une aura unique qui distingue le Jugendstil viennois des autres versions de l’Art nouveau à travers l’Europe. Dans le même temps, la finesse des détails du visage d’Adèle Bloch-Bauer évite au sujet de disparaître dans l’anonymat induit par la portée universelle du tableau.

Histoire

Le tableau a été peint à Vienne et commandé par Ferdinand Bloch-Bauer, un riche industriel qui, ayant fait fortune dans l'industrie du sucre, est devenu un mécène pour de nombreux artistes et notamment Gustav Klimt, qu'il a soutenu. Adele Bloch-Bauer est le seul modèle que Klimt a peint deux fois puisqu'il existe un second tableau la représentant, Adele Bloch-Bauer II, réalisé en 1912.

Spolié par le régime nazi en 1938 à Vienne — de même que le collier de diamants porté par le modèle, qu'arbore désormais la femme de Göring —, le tableau a séjourné jusqu'en 2006 au musée du Belvédère à Vienne. Le journaliste Hubertus Czernin a mis en lumière le rôle de Bruno Grimschitz (de), le directeur du musée à cette époque, dans cette spoliation.

Au terme d'une longue bataille juridique, il a été rendu, avec quelques autres œuvres, à Maria Altmann, nièce du modèle et du commanditaire. C'est son avocat Randol Schönberg (en), petit-fils du compositeur Arnold Schönberg, qui a mené tous les procès en sa compagnie jusqu'à la restitution. Il est acquis pour 135 millions de dollars par le milliardaire Ronald Lauder[2], qui l'expose à la Neue Galerie de New York[3].

Adaptation cinématographique

Littérature

Dans le roman de Philip Kerr, Prague fatale (2011), le personnage de Bernie Gunther, en 1941, admire et commente le tableau en compagnie d'un capitaine SS. Ils commentent aussi la spoliation faite par Goering.

Notes et références

  1. Joséphine Bindé, « Splendeurs et tourments de la « dame en or » de Gustav Klimt », sur Beaux Arts Magazine, .
  2. Bernard Génies et Jean-Gabriel Fredet, « Le casse de Hitler — À la recherche des chefs d'œuvre volés aux Juifs », Le Nouvel Observateur no 2575, semaine du 13 mars 2014, pages 64–77.
  3. Valérie Trierweiler, « Le procès de la "dame en or" », Paris Match, semaine du 11 au 18 août 2016, p. 78-83.

Articles connexes

Information

Article Portrait d'Adele Bloch-Bauer I en français Wikipedia a pris les places suivantes dans le classement local de popularité:

Le contenu présenté de l'article Wikipédia a été extrait en 2021-04-12 sur la base de https://fr.wikipedia.org/?curid=1211610