AstraZeneca

AstraZeneca
logo de AstraZeneca
illustration de AstraZeneca

Création [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1999 : fusion Astra et Zeneca
Personnages clés Pascal Soriot (PDG)
Forme juridique Société ouverte à responsabilité limitéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (AZN)[2], bourse de Londres (AZN) et bourse de Stockholm (AZN)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Londres, Angleterre
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Direction Pascal Soriot (depuis )[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Blackrock IM (7 %)
AXA IM (4 %)
Legal&General IM (2 %)
Investor AB (3,9 %)
Activité industrie pharmaceutique
Produits MédicamentVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales AstraZeneca Canada (d), AstraZeneca PTY (d), AstraZeneca Korea (d), AstraZeneca (d), AstraZeneca India (d), AstraZeneca (d), AstraZeneca (d), AstraZeneca Farmaceutica Spain (d), AstraZeneca Czech Republic (d), Cambridge Antibody Technology (en), MedImmune (en), Amylin Pharmaceuticals et Acerta Pharma (d)
Effectif 70 600 personnes fin 2019 (environ)
Companies House 02723534Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.astrazeneca.com

Capitalisation 124 788 millions USD en décembre 2019
Chiffre d'affaires 24 384 millions USD en 2019
Résultat net 1 335 millions USD en 2019[4]

AstraZeneca est un groupe pharmaceutique suédo-britannique, né de la fusion en avril 1999 du suédois Astra et du britannique Zeneca et dirigé par le français Pascal Soriot depuis 2012.

Histoire

Création

Le rachat de Zeneca en 1999, appartenant auparavant au groupe Imperial Chemical Industries Pharma (ICI Pharma), par Astra fut possible grâce au succès de l'oméprazole, indiqué principalement dans le traitement de l'ulcère gastrique.

Évolution de l'entreprise

En 2000, AstraZeneca fusionne ses activités dans la chimie et l'agroalimentaire avec celles de Novartis, créant Syngenta.

En 2007, AstraZeneca rachète MedImmune, une entreprise de biotechnologie américaine, pour 15,6 milliards de dollars[5].

En juin 2011, Dentsply acquiert pour 1,8 milliard de dollars Astra Tech, une division d'AstraZeneca spécialisée dans le matériel médical notamment dentaire, mais aussi chirurgical et urologique, mais qui est surtout, présent dans les implants dentaires[6].

En octobre 2013, AstraZeneca acquiert Spirogen, une entreprise de biotechnologie sur le cancer, pour 440 millions de dollars[5].

En novembre 2014, AstraZeneca acquiert Definiens, une entreprise spécialisée dans la détection du cancer, pour 150 millions de dollars. En parallèle, il signe des partenariats avec Pharmacyclics et Johnson & Johnson dans l'oncologie[7].

En juillet 2015, AstraZeneca vend à Sanofi pour 300 millions de dollars, le Caprelsa, un médicament contre une forme rare de cancer[8]. En novembre 2015, AstraZeneca acquiert ZS Pharma, une entreprise pharmaceutique américaine, pour 2,7 milliards de dollars[9]. Le même mois, AstraZeneca vend des licences sur certains médicaments concernant la maladie de Crohn à Perrigo pour 380 millions de dollars[10]. En décembre 2015, AstraZeneca annonce l'acquisition de 55 % de Acerta Pharma, entreprise spécialisée dans l'oncologie, pour 4 milliards de dollars[11]. Le même mois, AstraZeneca annonce l'acquisition des activités respiratoires de Takeda Pharmaceutical pour 575 millions de dollars[12].

Le 24 août 2016, AstraZeneca annonce avoir trouvé un accord avec l'Américain Pfizer pour lui vendre une partie de ses activités dans les antibiotiques en dehors des États-Unis pour une valeur d'environ 1,5 milliard de dollars[13],[14].

En novembre 2018, AstraZeneca annonce la vente d'un traitement concernant les infections pulmonaires pour enfant à Swedish Orphan Biovitrum pour 1,5 milliard de dollars[15].

En décembre 2020, AstraZeneca annonce la vente de Crestor, son ancien produit phare contre le cholestérol, à Gruenenthal, pour 320 millions de dollars, tout en gardant la distribution de ce médicament dans certains pays[16]. Toujours en décembre 2020, AstraZeneca annonce le projet d'acquisition d'Alexion Pharmaceuticals, pour 39 milliards de dollars[17].

Vaccin contre la Covid-19

Développement

Dés la mi-janvier 2020, le laboratoire du Jenner Institute de l'Université d'Oxford commence à développer un vaccin contre le SARS-CoV-2 avec ses deux chercheurs Adrian V. S. Hill (en) et Sarah Gilbert[18]. Le vaccin est dénommé AZD 1222. Il utilise comme vecteur un adénovirus de chimpanzé[19]. Lors de la phase I des tests, le vaccin montre une forte réponse immunitaire[19]. Toutefois, selon Bruno Pitard[20], il provoque des maux de tête et des douleurs musculaires chez un tiers des personnes vaccinées, ainsi que de faibles fièvres[19].

Le 8 septembre 2020, AstraZeneca annonce un incident grave en phase III des tests du vaccin. Un patient a été atteint d'une maladie potentiellement inexpliquée, qui pourrait être une myélite transverse[19],[21]. Les essais cliniques reprennent peu après, alors que l'on a constaté que le patient a reçu une dose de placebo[22].

L'université Oxford et le laboratoire britannique AstraZeneca rendent publics, le lundi 23 novembre, les résultats intermédiaires des essais cliniques de leur vaccin contre le coronavirus réalisés à grande échelle au Brésil et au Royaume-Uni. Leur vaccin, efficace à 70 % en moyenne, est pour l'instant moins probant que ceux de Moderna (94,5 %) et Pfizer/BioNTech (95 %).

Mise sur le marché

Le , le ministre italien de la Santé Roberto Speranza annonce que son pays ainsi que l'Allemagne, la France et les Pays-Bas commandent 400 millions de vaccins contre la maladie à coronavirus 2019 à la société AstraZeneca. Ce contrat porte sur la livraison d'un vaccin actuellement développé par l'université d'Oxford[23].

Selon une interview de Pascal Soriot[24] mi-août 2020, la mise en production du vaccin a démarré en août 2020[19].

Ce vaccin, élaboré à partir de la technique du « vecteur viral », sera vendu à prix coûtant pendant toute la durée de la pandémie au tarif de 2,50 euros la dose en France[25].

L'Union européenne a prévu de s'approvisionner auprès de quatre usines AstraZeneca, dont deux situées dans l'UE et deux situées au Royaume-Uni, toutefois AstraZeneca souhaite livrer des vaccins au Royaume-Uni avant de les livrer à l'Union européenne[26].

Suspension dans plusieurs pays

Le 11 mars 2021, le Danemark suspend l'utilisation du vaccin à la suite de problèmes liés à la formation de caillots sanguins[27].

Le 15 mars 2021, la France suspend également l'utilisation du vaccin.[28]. C'est au moins le treizième pays européen à suspendre son usage, après le Danemark, la Norvège, l'Autriche, l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg[29], l'Islande, la Bulgarie, l'Irlande, les Pays-Bas, l'Allemagne[30], la Suède[31].

Activité

AstraZeneca compte environ 63 000 employés dans le monde entier, dans la recherche, le développement, la fabrication, la vente des produits pharmaceutiques et dans l'approvisionnement des services pour les soins médicaux.

AstraZeneca est présent dans sept domaines thérapeutiques majeurs : la diabétologie, l'anesthésiologie, la cardiologie, l'infectiologie, la gastro-entérologie, l'oncologie, la neurologie et la pneumologie.

Activité de lobbying

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying d'AstraZeneca aux États-Unis s'élèvent en 2017 à 2 390 000 dollars[32].

AstraZeneca est inscrit depuis 2011 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 700 000 et 800 000 euros[33].

Pour l'année 2019, AstraZeneca déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant compris entre 200 et 300 000 euros[34].

Principaux actionnaires

Au 6 décembre 2019[35] :

Investor AB (Investment Company) 11,0%
Capital Research & Management (World Investors) 4,16%
Wellington Management 3,41%
BlackRock Investment Management 3,41%
The Vanguard Group 2,90%
Legal & General Investment Management 2,24%
Norges Bank Investment Management 2,21%
BlackRock Fund Advisors 1,76%
Fidelity Management & Research 1,57%
Capital Research & Management (Global Investors) 1,27%

France

En France 1 300 collaborateurs travaillent sur l’ensemble du territoire, notamment à son siège de Paris La Défense, son site industriel de Dunkerque et son site de conditionnement et de distribution de Reims[36].

L'oméprazole et l'ésoméprazole sont en très grande partie, pour le monde entier, fabriquées en France à Petite-Synthe par la filiale ASP, dans l'agglomération de Dunkerque, pour le motif historique que la France y a créé une « zone franche urbaine » défiscalisée après la chute de la métallurgie[réf. nécessaire]. Y sont aussi fabriqués les médicaments contenus dans le petit appareil dénommé Turbuhaler, soit Bricanyl, Pulmicort et Symbicort. Les grandes usines de couleur kaki sont au bord de l'autoroute reliant la Belgique à Calais.

Extensions et investissements

Ce site de production industriel emploie plus de 400 personnes. En 2019, AstraZeneca France a inauguré une extension de ce site industriel, faisant suite à un investissement de 135 millions dollars[37]. Ces nouvelles infrastructures comportent de nouvelles chaînes d’assemblage et d'emballage, ainsi que de nouveaux espaces de stockages.

Le 20 janvier 2020, en présence d'Emmanuel Macron, Pascal Soriot a annoncé un nouvel investissement pluriannuel de 500 millions de dollars dont 230 millions destinés à la modernisation des équipements et infrastructures existantes.

Références

  1. « https://find-and-update.company-information.service.gov.uk/company/02723534 » (consulté le 31 janvier 2021)
  2. Polygon.io, (firme), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. « https://www.astrazeneca.com/our-company/leadership.html »
  4. https://www.zonebourse.com/ASTRAZENECA-4000930/fondamentaux/
  5. a et b AstraZeneca buys oncology-focused Spirogen for up to $440 million, Reuters, 15 octobre 2013
  6. Dentsply buys Astra Tech for $1.8 billion, Ben Hirschler, Reuters, 22 juin 2011
  7. AstraZeneca strengthens cancer business with new deals, Reuters, 4 octobre 2014
  8. AstraZeneca sells rare cancer drug to Sanofi for up to $300 million, Reuters, 27 juillet 215
  9. AstraZeneca buys ZS Pharma for $2.7 billion, pips Actelion, Reuters, 6 novembre 2015
  10. AstraZeneca sells U.S. drug rights to Perrigo for $380 million, Reuters, 23 novembre 2015
  11. AstraZeneca buys most of Acerta for $4 billion to add cancer drug, Ben Hirschler, Reuters, 17 décembre 2015
  12. AstraZeneca boosts respiratory unit with $575 million Takeda deal, Reuters, 16 décembre 2015
  13. lefigaro.fr, « AstraZeneca cède des antibiotiques à Pfizer » (consulté le 24 août 2016)
  14. Pfizer to buy antibiotics business from AstraZeneca, Reuters, 24 août 2016
  15. « Sobi buys rights to AstraZeneca infant drug for $1.5 billion upfront », sur Reuters,
  16. Aakash B, « AstraZeneca sells former blockbuster cholesterol drug for $320 million », sur Reuters,
  17. Ludwig Burger, « AstraZeneca to buy Alexion for $39 billion to expand in immunology », sur Reuters,
  18. https://www.nature.com/articles/d41586-020-03139-x
  19. a b c d et e Aline Gérard, « Covid-19 : AstraZeneca fait une pause dans les essais cliniques de son vaccin », Le parisien, no 23647,‎ , p. 10 (rubrique Société) (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2020). L'article est beaucoup plus complet dans la version papier du journal que dans la version à lire en ligne.
  20. Bruno Pitard est directeur de recherche à CNRS-INSERM. Voir CV détaillé : « Bruno Pitard »
  21. (en) Katherine J. Wu and Katie Thomas, « Covid-19 : AstraZeneca fait une pause dans les essais cliniques de son vaccin », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2020)
  22. Thuy-Diep Nguyen, « Pourquoi le retour d'AstraZeneca dans la course au vaccin anti-Covid est une bonne nouvelle », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2020).
  23. « Coronavirus : Allemagne, France, Italie et Pays-Bas commandent 400 millions de vaccins à Astrazeneca », sur midilibre.fr, .
  24. Pascal Soriot est PDG d'AstraZeneca pour la France
  25. « Le vaccin AstraZeneca est-il fiable ? « 100 % de protection contre des formes graves de Covid », assure son patron ».
  26. https://www.lefigaro.fr/societes/l-ue-reclame-a-astrazeneca-de-lui-livrer-des-vaccins-produits-dans-deux-usines-britanniques-20210127
  27. « Le Danemark suspend le vaccin d’AstraZeneca », sur LEFIGARO (consulté le 11 mars 2021)
  28. (en) « Tweet de BFMTV - Annonce de Emmanuel Macron », sur Nitter (consulté le 15 mars 2021)
  29. « Sept pays européens suspendent l'utilisation d'un lot de vaccins AstraZeneca », sur France 24, (consulté le 15 mars 2021)
  30. https://www.ledauphine.com/sante/2021/03/15/carte-la-liste-des-pays-qui-ont-suspendu-le-vaccin-astrazeneca-s-allonge
  31. « La Suède suspend à son tour le vaccin d’AstraZeneca », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2021)
  32. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le 4 juin 2018)
  33. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 4 juin 2018)
  34. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 4 juin 2018), mais les chiffres de la fiche sur Euros for docs sont beaucoup plus élevés[1].
  35. Zone Bourse, « ASTRAZENECA : Actionnaires... », sur www.zonebourse.com (consulté le 6 décembre 2019)
  36. https://www.astrazeneca.fr/notre-groupe/astraZeneca-france.html
  37. Le Figaro.fr, « Pharmacie: AstraZeneca inaugure l'extension de son site de Dunkerque », sur Le Figaro.fr, (consulté le 20 janvier 2020)

Liens externes

Information

Article AstraZeneca en français Wikipedia a pris les places suivantes dans le classement local de popularité:

Le contenu présenté de l'article Wikipédia a été extrait en 2021-03-27 sur la base de https://fr.wikipedia.org/?curid=394008