Pfizer
logo de Pfizer
Logo de Pfizer.
illustration de Pfizer
Siège de Pfizer sur la 42e Rue à Midtown Manhattan à New York

Création
Fondateurs Charles Pfizer et Charles Erhart
Personnages clés Jeff Kindler (en), David L. Shedlarz, Ian Read
Forme juridique Incorporation (NYSE : PFE)
Action New York Stock Exchange (PFE)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Ensemble, œuvrons pour un monde en meilleure santé
Siège social 235 East 42nd Street New York, NY 10017
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Albert Bourla
Actionnaires The Vanguard Group (8,13 %)[1], BlackRock (7,7 %)[1] et State Street Corporation (5,28 %)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Produits Lipitor (traitement de l'hypercholestérolémie), Viagra (traitement de la dysfonction érectile), Varénicline/Champix (arrêt tabagique), Donépizil/Aricept (maladie d'Alzheimer), Sunitinib/Sutent (cancer du rein, GIST), Xalatan (glaucome)
Filiales Nicox, Pharmacia, Warner-Lambert, Wyeth, G.D. Searle.
Effectif 81 800 dont 3 000 en France (2008)
Site web (en) pfizer.com

Capitalisation 181,06 milliards de dollars US (8 septembre 2012)
Fonds propres 56 933 M€ en 2018
Chiffre d'affaires en augmentation 53 647 M$ en 2018
Résultat net en diminution 11 153 M$ en 2018

Pfizer est une société pharmaceutique américaine fondée en 1849.

Présent dans plus de 150 pays, le groupe est, en 2013, le leader mondial dans son secteur[2] avec un chiffre d'affaires s'élevant à 51,58 milliards de dollars US, une capitalisation boursière de 111 milliards de dollars US en 2009 et des effectifs de 81 800 employés dans le monde, dont 3 000 en France. Pfizer est aussi connu pour ses fusions avec de nombreuses sociétés concurrentes : Warner-Lambert en 2000, Pharmacia en 2003 et Wyeth en 2009.

Histoire

Pfizer est né en 1849 à New York de l'association du chimiste d'origine allemande, Charles Pfizer, et de son cousin et confiseur, Charles Erhart. Leur première invention et fabrication à grande échelle est une confiserie aux propriétés vermifuges : la santonine, remède contre les vers intestinaux, ayant un goût beaucoup trop amer, les deux associés ont l'idée de le recouvrir d'une couche à la saveur de noisette.

Dans les années 1990, Pfizer fait fortune avec l'invention du Viagra.

Rachat de Warner-Lambert

En 2000, Pfizer devient le numéro 2 mondial en rachetant pour 87 milliards US$ le conglomérat américain Warner-Lambert[3], qui lui apporte les médicaments Lipitor/Tahor, Sudafed et Listerine, les rasoirs Wilkinson Sword, la nourriture pour poissons Tetra ou les pastilles Vichy.

Cependant, Pfizer ne tarde pas à se débarrasser des produits hors pharmacie : en 2002, Tetra est cédé à Triton Fund puis en 2003, Wilkinson Sword est revendu au groupe américain Energizer et Vichy à Cadbury.

Histoire récente

En 2002, Pfizer acquiert Pharmacia.

En 2004, dans le cadre de la fusion Sanofi-Synthélabo et Aventis, la Commission européenne a contraint cette dernière à céder à Pfizer l'un de ses médicaments vedette, le Campto.

Le , Pfizer annonce la vente d'une partie de ses produits aux laboratoires Johnson & Johnson pour la somme de 16,6 milliards de dollars, comprenant entre autres les produits tels que Nicorette et Sudafed (en). Depuis , son PDG est Jeff Kindler (en).

Le , son PDG a rendu public un plan de suppression de 10 000 emplois, soit environ 10 % des effectifs du groupe, devant être terminé à la fin 2008. Il s'agit de regrouper aux États-Unis les centres de recherche et de production, et de repenser son organisation à l'international afin de dégager 2 milliards de dollars d'économies par an. Le groupe souhaite réduire le nombre de ses usines de 93 en 2007 à 48 fin 2008. Il s'agit, selon les analystes du Prudential Equity Group, d'anticiper les pertes de revenus liés aux brevets sur les produits phares (Lipitor et Viagra, entre autres), lesquels surviendront entre 2010 et 2012 à la suite de l'expiration des brevets associés. Son ex-CEO, Henry McKinnel, à la retraite depuis , est le deuxième patron le mieux payé des États-Unis selon l’AFL-CIO, avec 180 millions de dollars de revenus versés par Pfizer[4].

Le , Wyeth a officiellement accepté d'être acquise par Pfizer pour un montant de 68 milliards de dollars. Pfizer paiera la transaction à l'aide de titres, d'emprunts et d'encaisse[5],[6]. Pfizer a également annoncé la diminution d'environ 10 % de ses effectifs et la fermeture de 5 usines sur un total de 46[7]. Le , Pfizer et sa filiale Pharmacia & Upjohn Company ont accepté de verser une amende de 2,3 milliards de dollars pour mettre fin aux différentes plaintes portant sur ses pratiques commerciales et publicitaires. Elle a proposé des usages et des dosages pour l'anti-inflammatoire Bextra (Valdecoxib) qui n'avaient pas été validés par la FDA. Elle a aussi versé des montants à des médecins pour qu'ils fassent la promotion du Zyvox (pour le traitement des infections bactériennes), du Geodon (ziprasidone (en)) (pour le traitement des troubles bipolaires et de la schizophrénie) et du Lyrica (troubles nerveux)[8].

Pfizer avait une filiale, Pfizer santé animale, dédiée aux produits vétérinaires et rebaptisée « Zoetis ». En Pfizer a annoncé être totalement sorti du capital de Zoetis, qui de ce fait devient une société indépendante de son ancienne maison mère.

À la fin , Pfizer annonce son souhait d'acquérir AstraZeneca pour 58,8 milliards de livres, soit près de 100 milliards de dollars, dont 30 % en liquidité et 70 % en action Pfizer. Pfizer, par cette acquisition, souhaite acquérir les recherches en cours d'AstraZeneca, il souhaite également déménager son siège fiscal au Royaume-Uni, alors que de nombreuses autres entreprises pharmaceutiques américaines ont déplacé leur siège en Irlande ou en Suisse[9]. Cependant, à la suite du refus de la direction d'AstraZeneca d'accepter son offre d'achat, qui a été relevée entre-temps à 70 milliards de livres, soit environ 117 milliards de dollars, le , Pfizer annonce l'abandon de cette acquisition[10]. En , Pfizer acquiert 2 vaccins (NeisVac-C et FSME-IMMUN) à Baxter pour 635 millions de dollars[11].

Le , Pfizer annonce le rachat d'Hospira, valorisé à 17 milliards de dollars, pour 90 dollars par action[12],[13]. En , Pfizer est en négociation pour acquérir Allergan, dans une opération qui devait être la plus importante de l'année et la plus importante de l'histoire de l'industrie pharmaceutique. Une raison principale de cette volonté d'acquisition est toujours de déplacer le siège fiscal de Pfizer en dehors des États-Unis[14]. De plus, Pfizer souhaiterait également scinder les activités du nouvel ensemble après cette fusion, pour rendre les activités du groupe plus homogènes[15]. En , l'offre d'acquisition est officiellement lancée, elle valorise Allergan à 160 milliards de dollars, même si techniquement l'opération consiste au rachat de Pfizer par Allergan, ceci dans un but de permettre le changement de domiciliation fiscale en Irlande, via la technique d'inversion fiscale. Le nouvel ensemble prendra le nom de Pfizer et son directeur sera celui de Pfizer Ian Read. Une large partie de l'opération se fait en échange d'actions, seul 6 à 12 milliards de dollars de la transaction seront réalisés en liquidités[16]. Mais en , le Trésor américain émet des nouvelles normes pour limiter les inversions, nouvelles normes qui ne permettent plus la redomiciliation de Pfizer, à la suite de cela l'opération avec Allergan est annulée par Pfizer[17].

En , Pfizer annonce l'acquisition d'Anacor, spécialisée dans le traitement de l'eczéma via des gels, pour 5,2 milliards de dollars[18]. En , Pfizer annonce l'acquisition de Bamboo Therapeutics, entreprise spécialisée en thérapie génique, pour 645 millions de dollars[19]. Le même mois, Pfizer annonce l'acquisition de Medivation, entreprise américaine de biotechnologie spécialisée dans le cancer, pour 14 milliards de dollars[20]. En , AstraZeneca annonce avoir trouvé un accord avec Pfizer pour lui vendre une partie de ses activités dans les antibiotiques en dehors des États-Unis pour une valeur d'environ 1,5 milliard de dollars[21],[22]. Le , Pfizer rachète Medivation, une start-up américaine spécialisée dans les traitements anti-cancéreux[23].

En , Pfizer annonce la vente de ses activités de perfusions, activité lié à son rachat d'Hospira, à ICU Medical, pour 1 milliard de dollars dont 600 millions en liquidités et 400 millions en actions[24]. En , GSK annonce son intention de fusionner ses activités de santé sans ordonnance avec ceux de Pfizer, créant une nouvelle entité détenue à 68 % par GSK. Au travers de cette opération, GSK annonce également son intention de scinder ses activités de santé sans ordonnance[25].

En , Pfizer annonce l'acquisition d'Array Biopharma, société pharmaceutique américaine, pour un montant de 11,4 milliards de dollars[26]. En , Pfizer annonce la fusion de ses activités génériques, avec Mylan, créant un nouvel ensemble ayant 20 milliards de chiffres d'affaires et détenu à 57 % par les actionnaires de Pfizer[27],[28].

Actionnaires

Liste de principaux actionnaires au [29].

Nom %
The Vanguard Group 7,91%
SSgA Funds Management 5,30%
Capital Research & Management 2,93%
BlackRock Fund Advisors 2,47%
Wellington Management 2,44%
Putnam 1,84%
T. Rowe Price Associates 1,69%
Geode Capital Management 1,54%
Northern Trust Investments 1,38%

Produits vedettes

Vaccin contre le COVID-19

Le , Pfizer annonce que le candidat vaccin contre le COVID-19 qu'il prépare en partenariat avec la biotech allemande BioNTech est efficace à 90 %[30]. En effet, le géant pharmaceutique américain assure que ces résultats préliminaires sont issus de son étude de phase III réalisée sur 43 500 participants dont seulement 94 cas de Covid-19 ont été enregistrés[31]. Les laboratoires prévoient de demander une autorisation d'urgence pour utiliser le vaccin d'ici la fin du mois.

Ce vaccin utilise une approche expérimentale consistant à injecter une partie du code génétique du virus pour activer le système immunitaire [32].

Cette nouvelle provoque un emballement des bourses mondiales, faisant s'envoler le titre BioNTech de 25 % à la Bourse de Francfort et l'action de Pfizer à plus de 7 % à New York[31]. Le jour de l'annonce, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, vend pour 5,6 millions de dollars d'actions, et la vice-présidente, Sally Susman, en vend pour 1,8 million de dollars[33].

Plus tôt mercredi, l'allemand BioNTech et l'américain Pfizer avaient révisé à la hausse, à 95 %, l'efficacité de leur vaccin, équivalent à leur concurrent Moderna Therapeutics, après une première annonce le lundi 9 novembre sur un taux de 90 %.

Le groupe de sous-traitance pharmaceutique Delpharm a annoncé mercredi 18 novembre qu'il produirait une partie des vaccins de BioNTech et Pfizer contre le Covid-19. La production devrait débuter en avril 2021 dans l'usine normande. Le laboratoire produira plusieurs dizaines de millions de doses[34].

Affaires judiciaires

Entre 1995 et 2009, six cas présumés d'inconduite ont été portés devant les tribunaux[35].

En 2003 , trois employés de Pfizer sont contaminés par un virus créé par les laboratoires de la société. La société reconnaît les faits mais Becky McClain, une des employés contaminés, développe des symptômes plus graves que ses collègues. Elle se révolte et critique ouvertement les méthodes de Pfizer. Licenciée en 2005, Becky McClain porte plainte en accusant son ancien employeur de n'avoir pas mis en œuvre les mesures de sécurité nécessaires pour protéger ses employés et de l'avoir licenciée abusivement. Un procès s'est ouvert en . La société affirme que le virus contracté par Becky McClain ne peut pas être celui développé par ses laboratoires, mais refuse également de communiquer le génome du virus synthétique aux autorités[36].

En , le gouvernement nigérian a porté plainte contre le groupe Pfizer, l'accusant d'avoir provoqué en 1996 la mort de onze enfants lors de tests de médicaments contre la méningite (trovafloxacine). De plus, de nombreux autres enfants auraient développé des symptômes plus ou moins graves (surdité, paralysie, lésions cérébrales, etc.). Le groupe a, quant à lui, répondu que les tests avaient été pratiqués avec l'accord du gouvernement nigérian et que les décès n'étaient pas liés à l'absorption de Trovan (nom de marque déposée de la trovafloxacine)[37],[38]. Le roman de John le Carré La Constance du jardinier et le film The Constant Gardener sont inspirés de cette affaire. Selon des informations divulguées par Wikileaks, Pfizer aurait engagé des détectives pour surveiller le procureur fédéral responsable du procès des essais cliniques du Trovan[39].

En 2009, Pfizer accepte de verser une amende record de 2,3 milliards de dollars US aux autorités américaines. La société était accusée d'avoir fait la promotion abusive de plusieurs médicaments : le Geodon, le Lyrica et le Zyvox, dont un interdit par la FDA : le Bextra[40].

Le , Jérôme Cahuzac affirme, lors de l'ouverture de son procès, que le compte illégal qu'il avait ouvert en Suisse avait été alimenté (il parle de deux versements effectués en 1993) par des fonds venus des laboratoires Pfizer[41].

Notes et références

  1. a b et c Proxy Statement, (SEC filing)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Pfizer France, http://www.pfizer.fr/recherche/les-axes-de-recherche-258.aspx
  3. Mégafusion confirmée dans la pharmacie. Pfizer et Warner-Lambert forment le numéro 2 mondial, Libération, 8 février 2000
  4. Nicole Pénicaut, « Pfizer se prescrit des licenciements », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2007)
  5. (en) Shannon Pettypiece, Tom Randall et Zachary Mider, « Pfizer’s $68 Billion Wyeth Deal Eases Lipitor Loss (Update2) », Bloomberg LP,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2009)
  6. (en) Personnel de rédaction, « Taking something for it », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2009)
  7. AFP, « Pfizer achète son concurrent Wyeth pour 68 milliards », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2009)
  8. AFP, « Pfizer paie une amende record pour publicité abusive », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2009)
  9. (en) « Pfizer chases AstraZeneca for potential $100 billion deal », Ben Hirschler et Randell Pierson, Reuters, 28 avril 2014
  10. (en) « Pfizer walks away from $118 billion AstraZeneca takeover fight », Ben Hirschler et Bill Berkrot, Reuters, 26 mai 2014
  11. (en) « Pfizer to buy Baxter's vaccines unit for $635 million », Reuters, 30 juillet 2014
  12. « Pfizer rachète Hospira », Le Monde, 5 février 2015
  13. (en) « Pfizer to buy Hospira for $15 billion to bolster hospital products », Caroline Humer et Ransdell Pierson, Reuters, 5 février 2015
  14. (en) « Pfizer, Allergan drug merger talks raise tax hackles in U.S. », Bill Berkrot et Ransdell Pierson, Reuters, 30 octobre 2015
  15. « Pfizer et Allergan, une fusion qui ne manquerait pas de cachet », Jean-Christophe Féraud, Libération, 30 octobre 2015
  16. (en) « Pfizer to buy Allergan in $160 billion deal », Ransdell Pierson et Bill Berkrot, Reuters, 23 novembre 2015
  17. « La fusion Pfizer-Allergan stoppée par l’offensive du Trésor américain sur l’inversion fiscale », Le Monde, 6 avril 2016
  18. (en) « Pfizer to buy Anacor in $5.2 billion deal for access to eczema gel », Amrutha Penumudi, Reuters, 16 mai 2016
  19. (en) « Pfizer acquires Bamboo Therapeutics to beef up gene therapy arsenal », Reuters, 1er août 2016
  20. « Le laboratoire Pfizer signe un accord sur le rachat de Medivation pour 14 milliards de dollars », Le Monde, 22 août 2016
  21. lefigaro.fr, « AstraZeneca cède des antibiotiques à Pfizer » (consulté le 24 août 2016)
  22. (en) « Pfizer to buy antibiotics business from AstraZeneca », Reuters, 24 août 2016
  23. lesechos.fr, « Pfizer souffle la biotech Mediviation à Sanofi pour 14 milliards » (consulté le 22 août 2016)
  24. (en) « Pfizer to sell infusion business to ICU Medical, take stake », Reuters, 6 octobre 2016
  25. (en) Ben Hirschler, « Drugmaker GSK to split after striking Pfizer consumer health deal », sur www.reuters.com,
  26. « Pfizer s'empare d'Array BioPharma pour 11,4 milliards de dollars », sur Capital.fr, (consulté le 17 juin 2019)
  27. Michael Erman et Ankur Banerjee, « Pfizer to spinoff, merge off-patent drugs unit with Mylan », sur Reuters,
  28. Vincent Collen, « Pfizer et Mylan créent un géant des médicaments génériques », sur Les Echos,
  29. Zone Bourse, « Pfizer : Actionnaires + Dirigeants + Profil Société. », sur www.zonebourse.com (consulté le 3 octobre 2019)
  30. « Pfizer annonce que son candidat-vaccin contre le Covid-19 est « efficace à 90 % » »
  31. a et b « Covid-19 : Pfizer affirme que son vaccin est efficace à 90 % », sur Les Echos, (consulté le 9 novembre 2020)
  32. « Covid-19 : les 90 % d’efficacité du vaccin de Pfizer, un « résultat extraordinaire » qui pose des questions »
  33. « Le PDG de Pfizer a vendu 5,6 millions de dollars d'actions le jour de l'annonce sur l'efficacité du vaccin », sur LCI,
  34. « Coronavirus : Le vaccin de Pfizer et BioNTech en partie produit par le français Delpharm »
  35. (en) Ranking: 91 Pfizer, Inc., POGO's Federal Contractor Misconduct Database (FCMD)
  36. (en) Lee Howard, « Pfizer ignored safety matters, former employee testifies in trial », sur theday.com, (consulté le 19 octobre 2020).
  37. RFI : Le laboratoire Pfizer doit dédommager Abuja
  38. BBC news : Nigeria sues drugs giant Pfizer
  39. « WikiLeaks : ce que l'on apprend », sur Le Monde diplomatique,
  40. Anonymes, « Pfizer paie une amende record pour publicité abusive », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2011)
  41. « Jérôme Cahuzac met son compte en Suisse sur le dos du "financement politique" de Michel Rocard », sur www.marianne.net, (consulté le 5 septembre 2016)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Information

Article Pfizer en français Wikipedia a pris les places suivantes dans le classement local de popularité:

Le contenu présenté de l'article Wikipédia a été extrait en 2020-11-20 sur la base de https://fr.wikipedia.org/?curid=4583393