Gérald Darmanin

Gérald Darmanin
Illustration.
Gérald Darmanin en 2019.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
En fonction depuis le
(4 mois et 3 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Jean Castex
Gouvernement Castex
Prédécesseur Christophe Castaner
Maire de Tourcoing

(3 mois et 11 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Marie Vuylsteker
Successeur Doriane Bécue

(3 ans, 5 mois et 5 jours)
Élection
Prédécesseur Michel-François Delannoy
Successeur Didier Droart
Premier adjoint au maire de Tourcoing

(2 ans, 8 mois et 14 jours)
Maire Didier Droart
Jean-Marie Vuylsteker
Ministre de l'Action et des Comptes publics

(3 ans, 1 mois et 19 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Christian Eckert (Budget)
Annick Girardin (Fonction publique)
Jean-Vincent Placé (Réforme de l'État)
Successeur Amélie de Montchalin (Fonction publique)
Olivier Dussopt (Comptes publics)
Vice-président du conseil régional des Hauts-de-France[N 1]

(1 an, 4 mois et 13 jours)
Président Xavier Bertrand
Successeur Franck Dhersin
Conseiller régional des Hauts-de-France

(4 ans, 6 mois et 2 jours)
Élection 13 décembre 2015
Circonscription Nord
Groupe politique Les Républicains
Député français

(3 ans, 7 mois et 8 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 10e du Nord
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP (2012-2015)
LR (2015-2016)
Prédécesseur Christian Vanneste
Successeur Vincent Ledoux
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais

(4 ans et 4 jours)
Élection 21 mars 2010
Circonscription Nord
Groupe politique L’Opposition régionale
Biographie
Nom de naissance Gérald Moussa Darmanin
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Valenciennes (France)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1998-2002)
UMP (2002-2015)
LR (2015-2017)
LREM (depuis 2017)
Diplômé de IEP de Lille
Profession Juriste
Résidence Hôtel de Beauvau (Paris)

Gérald Darmanin Gérald Darmanin
Ministres français de l'Intérieur
Maires de Tourcoing

Gérald Darmanin[1], né le à Valenciennes (Nord), est un homme politique français.

Membre du Rassemblement pour la République (RPR), de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains (LR), il est élu député en 2012 et maire de Tourcoing en 2014. Après être devenu vice-président du conseil régional des Hauts-de-France en 2016, il démissionne de l'Assemblée nationale pour cause de cumul des mandats.

Il est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics dans le gouvernement Édouard Philippe en 2017. Il adhère à La République en marche (LREM) quelques mois plus tard, après avoir été exclu de LR. Ayant abandonné son mandat de maire de Tourcoing au profit de celui de premier adjoint après sa nomination comme ministre, il retrouve brièvement le fauteuil de maire en 2020 et devient dans la foulée ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Jean Castex.

Situation personnelle

Famille et vie privée

Gérald Moussa Darmanin[1] naît le à Valenciennes (Nord)[2].

De religion catholique[3], il est le fils de Gérard Darmanin, tenancier de bar à Valenciennes, et d'Annie Ouakid, femme de ménage[1] ou concierge[N 2] à la Banque de France. Son grand-père paternel, Rocco Darmanin, né en 1902 à Béja en Tunisie, mineur de profession [4], est maltais catholique, issu d'une famille de lointaine origine arménienne[5]. Son grand-père maternel, Moussa Ouakid, né en 1907 en Algérie dans le douar d'Ouled Ghalia (ex-commune mixte d'Orléansville dans l'Ouarsenis) a été tirailleur algérien[1],[N 3],[6], résistant dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI) en 1944[7].

Gérald Darmanin est divorcé et sans enfant[8]. Le , il se marie avec Rose-Marie Devillers, directrice conseil chez Havas[9]. Ils ont été présentés par Michel Bettan, vice-président exécutif d'Havas Paris, lui-même présenté à Gérald Darmanin par Xavier Bertrand, alors secrétaire général de l'UMP, en 2009[10].

Formation

Il effectue ses études secondaires au lycée des Francs-Bourgeois, un établissement privé catholique du 4e arrondissement de Paris. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lille (2007)[11].

Parcours politique

Débuts

Gérald Darmanin commence à militer et prend sa carte au Rassemblement pour la République (RPR) à 16 ans[12],[13]. Il est d'abord proche de Jacques Toubon[14], dont il devient l'assistant parlementaire au Parlement européen au cours de son année d'étude à l'étranger[12]. Il intègre la direction des Jeunes du RPR[14]. Avec la création de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), dont il est particulièrement critique, il est, comme la plupart des anciens dirigeants des Jeunes du RPR, évincé de la direction des Jeunes populaires au profit des Jeunes libéraux en 2003[14].

Gérald Darmanin rejoint Christian Vanneste en 2004, après que ce dernier a été condamné en première instance (jugement cassé en 2008) pour des propos homophobes[14]. Pour Jean-Baptiste Forray, Darmanin suit Vanneste dans « la zone grise à la lisière de la droite et de l'extrême droite »[15]. En 2005, il lui succède comme délégué de l'UMP dans la dixième circonscription du Nord[14]. D'après l'universitaire Anne-Sophie Petitfils, il « procède à un travail de sélection implicite des adhérents les plus attachés à la personne du député » et, près de deux ans avant le premier tour des élections législatives de 2007, met en œuvre une stratégie qui « s’apparente à une forme de néo-clientélisme », consistant à « offrir des biens divisibles et [à] proposer des interventions personnelles à ses électeurs »[14]. Selon la journaliste du Canard enchaîné Anne-Sophie Mercier, Darmanin adopte une position catholique traditionaliste « tendance intégriste » et une position homophobe[16]. Par l'entremise de Guy de Chergé, il collabore en 2008 au mensuel Politique magazine, organe de presse de l'Action française royaliste, inspiré de Charles Maurras et lié au mouvement Restauration nationale[17],[18],[19].

Directeur de campagne de Christian Vanneste pour les élections législatives de 2007 et les élections municipales de 2008, lors desquelles il est élu conseiller municipal, il préside le groupe UMP et apparentés au conseil municipal de Tourcoing depuis le retrait de ce dernier. Au niveau national, il est conseiller aux affaires juridiques au sein de l'UMP auprès de Xavier Bertrand, alors secrétaire général du parti[20].

Il a été le chef de cabinet de David Douillet au secrétariat d'État chargé des Français de l'étranger, puis au ministère des Sports avant d'être nommé directeur de cabinet[21] le .

Il est élu conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais en .

Député et élu local

Gérald Darmanin est élu député de la dixième circonscription du Nord le , il crée le lobby Cadets-Bourbons[22]. Lors de la séance d'élection du président de l'Assemblée nationale, le , il est secrétaire de séance, étant un des six plus jeunes députés de France.

Gérald Darmanin en 2013.

Il est l'un des députés UMP à voter en contre le Pacte budgétaire européen. Le , il appelle la ministre des Sports Valérie Fourneyron à « interdire le port du voile sur les terrains de football de notre pays » en réponse à la décision prise la veille par la Fifa[23]. Il signe la déclaration de principe du courant « La Droite populaire »[24] et soutient la candidature de Xavier Bertrand pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012 dont il est le coordinateur, avant de se rallier à François Fillon[25].

Après l'appel lancé par des associations de parents à retirer les enfants de l'école pour protester contre l'introduction de contenus inspirés de la dite « théorie » du genre, il déclare : « La théorie du genre est absurdité absolue. Il faut s’y opposer totalement »[26].

En , il se présente aux élections municipales à Tourcoing. Sa liste l'emporte avec 45,6 % des voix au second tour de l'élection, devant celle conduite par le maire sortant Michel-François Delannoy, faisant ainsi passer la mairie de Tourcoing à droite. Ayant rétabli l'accès automobile au centre-ville, il déclare alors : « La voiture en soi n’est pas polluante »[27].

En , touché par le plafonnement des indemnités à cause de ses mandats de député du Nord, de vice-président de la MEL (72,5 % de l'indice brut 1 022), de président des syndicats mixtes SMALIM et SMIRT notamment, Gérald Darmanin annonce vouloir renoncer « au cumul des indemnités » et à ses 3 100 euros d'indemnités comme maire de Tourcoing[28]. Les adjoints au maire acceptent également une réduction de 5 % de leurs indemnités[29].

En , il devient porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP. Après la victoire de celui-ci, il est nommé, le , secrétaire général adjoint aux élections[30].

Il est directeur de campagne de Xavier Bertrand pour les élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie[31]. Après sa victoire, en situation de cumul de mandats[32], il démissionne de son poste de député[33]. Il est élu vice-président du conseil régional des Hauts-de-France, chargé des transports, des infrastructures de transport, des relations internationales, des transfrontaliers, du tourisme et de la communication.

Critiquant « l'entourage » et la « méthode » de Nicolas Sarkozy, il annonce peu après qu'il quitte la direction nationale des Républicains et donc son poste de secrétaire général adjoint[34]. Cependant, quelques mois plus tard, il lui apporte son soutien pour la primaire française de la droite et du centre de 2016[35]. Le , il est nommé coordinateur de campagne. Le , après la victoire de François Fillon, il est nommé secrétaire général adjoint des Républicains, en tandem avec Annie Genevard[36].

Le , dans le cadre de l'affaire Fillon, il renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle[37] avant de démissionner de ses fonctions de secrétaire général adjoint du parti Les Républicains deux jours plus tard[38],[39].

Ministre de l'Action et des Comptes publics

Gérald Darmanin en 2017.

Le , il est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics au sein du gouvernement d'Édouard Philippe. Quelques mois auparavant, il critiquait pourtant Emmanuel Macron, le qualifiant de « poison définitif » de la Ve République et de « pur produit du système »[40]. Bernard Accoyer annonce alors qu'il ne fait plus partie des Républicains[41]. Cependant, François Baroin annonce dès le lendemain qu'il n'est pas formellement exclu du parti[42]. Il est exclu des Républicains le , avec le ministre Sébastien Lecornu et les députés Franck Riester et Thierry Solère[43]. Le , il adhère à La République en marche[44].

Selon la règle tacite édictée par l'Élysée, un ministre doit démissionner de son mandat de maire dans le mois qui suit sa nomination[45],[46]. Il annonce le qu'il quittera son poste de maire le [47], ce qu'il fait en restant premier adjoint au maire de Tourcoing.

Il porte la réforme du prélèvement de l'impôt à la source, initiée sous le quinquennat précédent et qui entre en vigueur début 2019.

Lors du mouvement des Gilets jaunes, il se plaint des « additions dans les restaurants parisiens tournant autour de 200 euros lorsque vous ne prenez pas de vin », ce qui est perçu comme un élément de déconnexion entre le train de vie des personnalités politiques et le quotidien des Français[48],[49]. Peu après, il déclare que « c'est la peste brune qui a manifesté » à Paris[50].

En , il annonce devant une assemblée d'étudiants de l'ESSEC la volonté du gouvernement de supprimer la déclaration de revenus annuelle pour les personnes dont la situation fiscale n'évolue pas d'une année sur l'autre[51],[52]. Il considère que « cela permettra de simplifier la vie des citoyens et de faire des économies »[53]. Cette mesure pourrait être mise en place à partir de 2020 ou 2021.

Le , il indique s'interroger sur la suppression de la taxe sur l'audiovisuel public, ou redevance télévisuelle[54]. Il justifie cette proposition par les difficultés pour adresser cet impôt, alors que la taxe d'habitation sur laquelle il est prélevé est amenée à disparaître[55]. Il précise qu'il a proposé cette suppression à Emmanuel Macron et à Édouard Philippe[56],[57].

Alors qu'il est au gouvernement, il se présente comme tête de liste aux élections municipales de 2020 pour redevenir maire de Tourcoing[58],[59]. La liste qu'il conduit l'emporte dès le premier tour avec 60,9 % des suffrages[60], dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et alors que la majorité présidentielle enregistre un résultat d'ensemble défavorable à l'issue de ce tour[61]. Élu maire le [62], il cumule ce mandat avec sa fonction de ministre, contrairement à la pratique instaurée par Lionel Jospin en 1997 et à la promesse faite par l’exécutif avant les élections[63],[64],[65] ; il y est autorisé par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, alors qu'il envisage de quitter le gouvernement dans le cas contraire[66].

Ministre de l'Intérieur

Le , il est nommé ministre de l'Intérieur au sein du gouvernement du nouveau Premier ministre, Jean Castex[67]. Il démissionne alors du conseil régional des Hauts-de-France[68] et, après avoir annoncé qu'il quitterait ses fonctions de maire de Tourcoing le [69], indique qu'il démissionnera de ce mandat fin [70],[N 4]. Le a lieu la passation des pouvoirs avec son prédécesseur, Christophe Castaner, tandis que des manifestations sont organisées place Beauvau et devant l'église de la Madeleine par des activistes et des associations féministes ainsi que des acteurs de la protection des droits humains[72], pour dénoncer sa nomination au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin étant visé par une enquête concernant une accusation de viol (voir infra)[73]. Âgé de 37 ans, il devient le plus jeune ministre de l'Intérieur de la Ve République[74]. Son directeur de cabinet est Pierre de Bousquet de Florian, alors coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme sous l'autorité d'Emmanuel Macron qui « a souhaité procéder à ce mouvement » selon Le Monde[75]. Son cabinet est composé du premier cercle de son précédent cabinet à Bercy, issu pour partie de LR, et de transfuges de l'Élysée[76].

Dans un entretien au Figaro[77] peu après sa prise de fonction, Gérald Darmanin appelle à « stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société », reprenant ainsi un terme popularisé par l'extrême droite, notamment par l'auteur Laurent Obertone, et que la droite tend à s’approprier[78]. L'usage de ce terme heurte au sein de la classe politique, y compris au sein de LREM[79]. Auditionné trois jours plus tard par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, il maintient et revendique l'usage du terme en renvoyant dos à dos ceux qui, d’un côté, « dénoncent ce mot » et ceux qui, de l’autre, « le promeuvent » en faisant « un lien entre insécurité et immigration »[79]. Il déclare par ailleurs : « J’ai lu dans la presse que le mot que j’ai employé avait un lien avec “sauvage”, donc avec immigration, donc avec ethnicisation. Je suis à 100 000 lieues de cela »[80]. Une polémique médiatique s'ensuit au sujet de son désaccord affiché avec Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, conduisant Jean Castex à appeler à « fermer le ban », puis Emmanuel Macron à demander à ses ministres « de ne pas créer des polémiques entre [eux] »[81].

Il réinstaure des instructions écrites et chiffrées dans certains départements de la police nationale, notamment concernant les nouvelles amendes forfaitaires pour simple usage de stupéfiant. Il dément toutefois tout retour à la politique du chiffre et évoque plutôt une « politique du résultat »[82].

Deux jours après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, Gérald Darmanin réunit les préfets et leur ordonne d'arrêter et d'expulser du territoire les quelques 231 étrangers en situation irrégulière qui se trouvent dans le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste[83]. Le lendemain, le ministre ordonne la fermeture de la grande mosquée de Pantin, cette dernière ayant admis avoir relayé une vidéo mettant en cause l'enseignant décapité à Conflans-Sainte-Honorine trois jours plus tôt[84].

Controverses et affaires judiciaires

Cumul des mandats et des indemnités

Dès , L'Obs révèle que Gérald Darmanin continue de cumuler ses mandats de conseiller régional et de vice-président de la métropole européenne de Lille avec sa fonction ministérielle. Auparavant, il avait déclaré être « pour le cumul des mandats » mais « contre le cumul des indemnités »[85].

Sur sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique déposée après sa nomination au gouvernement, il déclare cumuler ses indemnités de maire, de vice-président puis de conseiller régional des Hauts-de-France, de vice-président de la MEL et, depuis , de ministre, mais également de 28 sièges au sein d'organismes publics ou privés ou de sociétés en tant que représentant d'une collectivité locale[86].

Selon René Dosière, la loi ne permet toutefois pas aux ministres de percevoir « plus d'une demi fois le montant de l'indemnité parlementaire », soit 2 799,89 euros bruts par mois, en plus de la rémunération de ministre de 9 940 euros[85]. Gérald Darmanin dépasserait donc le plafond légal autorisé, mais a indiqué ne pas être au courant de cette règle[85].

En , le site d'information Médiacités révèle que plus d’un an après sa nomination comme ministre, Gérald Darmanin est toujours premier adjoint au maire de Tourcoing, vice-président de la MEL et conseiller régional, mais qu'il a abandonné la plupart de ses autres fonctions[87]. Le site relève également ses absences et indique notamment que la région Hauts-de-France lui verse 100 % de son indemnité alors qu'il n'est présent qu'à 20 % des séances du conseil régional[87],[88].

Le , il démissionne de son poste de vice-président de la métropole européenne de Lille[89].

À partir du , alors qu'il est toujours ministre de l'Action et des Comptes publics, il se trouve de nouveau en situation de cumul après avoir été élu maire de Tourcoing[90],[91]. Il déclare alors que le président de la République et le Premier ministre l'ont « autorisé, pendant un temps et vu les circonstances exceptionnelles » liées à la pandémie de Covid-19, « à exercer ces deux fonctions […] mais sans cumuler les rémunérations » : il indique qu'il ne touchera pas celle liée à la fonction de maire[65].

Accusations d'abus de faiblesse en 2015

Gérald Darmanin a été accusé d'abus de faiblesse par une habitante de Tourcoing, qui l'a accusé de l'avoir obligée à des relations sexuelles en échange de l'obtention d'un logement et d'un emploi en 2015. Des extraits du procès-verbal sont cités par Mediapart[92]. L'enquête a été classée sans suite en mai 2018 après le constat selon lequel n'ont été établies ni l'absence de consentement de la plaignante, ni l'existence de violence ou contrainte à son endroit[93].

Le 2 mars 2018, Gérald Darmanin porte plainte envers la plaignante pour « dénonciation calomnieuse », plainte qu'il retire le 29 octobre suivant[94].

Le 21 juillet 2020, l'association Pourvoir féministe effectue diverses saisines pour relancer cette affaire au motif du trafic d'influence, estimant que si la plaignante a retiré sa plainte, elle continue de bénéficier de biens publics (logement social et emploi public)[95],[96]. L'ancienne plaignante manifeste alors son soutien à Gérald Darmanin[97]. Le , le parquet de Paris classe l'affaire sans suite[98].

Accusations de viol et de harcèlement en 2017

En 2009, Sophie Patterson-Spatz, une sympathisante de l'UMP et ancienne escort-girl, contacte le parti pour tenter de faire annuler une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants envers un ex-compagnon[99],[100]. Gérald Darmanin, qui est alors conseiller municipal et communautaire, la reçoit en tant que chargé de mission au service des affaires juridiques du parti, et conditionne son aide dans ce dossier à l'octroi de faveurs sexuelles. S’ensuit un rapport sexuel dans une chambre d'hôtel après une visite dans un club libertin à Paris, puis Gérald Darmanin écrit en sa qualité de conseiller municipal à la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, pour lui demander « de bien vouloir faire recevoir Mme Patterson ou, pour le moins faire étudier sérieusement son dossier ». Sophie Patterson-Spatz présentera à partir de 2017 le rapport sexuel comme non-consenti, obtenu par la surprise[99] et constitutif d’un viol. Gérald Darmanin ne nie pas l'existence du rapport sexuel, l'envoi d'une lettre à la garde des Sceaux en faveur de la plaignante ni l'existence d'échanges SMS allant dans ce sens, mais conteste le défaut de consentement — en particulier le fait que le consentement aurait été surpris — et en conséquence la qualification de viol[101],[102].

Après avoir appris la nomination de Gérald Darmanin au gouvernement en 2017, Sophie Patterson-Spatz souhaite sa démission[99]. Son époux, Pierre Spatz, écrit au garde des Sceaux, François Bayrou, pour dénoncer le nouveau ministre pour ces faits. Par la suite, le couple prend contact avec la militante féministe Caroline De Haas, qui interprète les faits de 2009 comme constituant un viol et leur recommande une avocate spécialiste de ces questions[99]. Une première plainte est déposée et classée sans suite en juillet 2017.

Par la suite, une nouvelle plainte est déposée pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance en janvier 2018. À la suite d’une deuxième enquête, la plainte est de nouveau classée sans suite en février 2018[103]. Une troisième plainte pour les mêmes faits, cette fois avec constitution de partie civile, force le parquet à déclencher l’action publique et entraîne la désignation d'un juge d'instruction, tandis que le ministre porte plainte contre Sophie Patterson pour dénonciation calomnieuse. Suivant les réquisitions du parquet, le juge d’instruction prononce en une ordonnance de non-lieu à informer[104], estimant que les faits reprochés ne caractérisaient pas le viol. L’ordonnance précise par ailleurs qu’au-delà de la matérialité des faits, l’infraction requiert également un élément moral. Ainsi, la qualification de viol suppose non seulement un acte sexuel imposé par contrainte, menace, violence ou surprise, mais également que l’auteur ait l’intention, et donc la conscience, d’exercer cette contrainte, menace, violence ou surprise[104]. Au cours de ces procédures, Gérald Darmanin est défendu par l’avocat pénaliste Pierre-Olivier Sur[105].

La plaignante interjette appel du non-lieu, mais est déboutée, la Cour d’appel jugeant l’appel hors-délai dans une ordonnance rendue en octobre 2018. En , la décision de la Cour d'appel est annulée par la Cour de cassation, la notification du non-lieu étant intervenue trop tardivement[106]. Par la suite, le [N 5], la Cour d'appel de Paris ordonne la reprise des investigations sur l'accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, en se fondant sur un vice dans la procédure ayant abouti à l’ordonnance de non-lieu[107],[108],[109], sans pour autant qu’il n’y ait de nouveaux éléments dans le dossier[110].

En , la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur rencontre une vive opposition des mouvements et de militants féministes[111],[112],[113]. Est notamment mis en avant le conflit d’intérêts que constituerait le fait qu’il dirige, comme ministre de l'Intérieur, les services d’enquête chargés d’investiguer la plainte qui le vise[114],[115]. Néanmoins, le cabinet de Gérald Darmanin affirme que celui-ci a signé « une lettre de déport sur l’instruction le concernant », « le jour de sa prise de fonction », et rappelle que si des policiers devaient participer à l’enquête, ils seraient sous l’autorité du juge d’instruction[114], lequel est indépendant. Une tribune de soutien appelant à la « retenue » et au respect de la « présomption d'innocence » est signée par environ 200 élus, dont Xavier Bertrand, tandis qu’une autre appelant à la démission du ministre, à l’initiative du Collectif NousToutes, l’est par 20 000 jeunes de 13 à 25 ans[116].

Fin juillet 2020, Gérald Darmanin porte plainte après avoir reçu une lettre dans laquelle il est qualifié d'« ordure » et de « violeur ». Selon Le Point, la lettre a été trouvée à la fin de la semaine précédente au ministère de l'Intérieur[117].

Publication

  • Chroniques de l'ancien monde, éditions de l'Observatoire, 2017.

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

À l’Assemblée nationale

Au niveau local

Autres

Résultats électoraux

Élections législatives

Année Parti Circonscription % Issue
1er tour 2d tour
2012[122] UMP 10e du Nord 24,9 54,9 Élu

Élections municipales

Année Parti Commune Position % Sièges obtenus
1er tour 2d tour
2014[123] UMP Tourcoing Tête de liste 37,8 45,6
39 / 53
2020[124] LREM 60,9
46 / 53

Notes et références

Notes

  1. Délégué aux transports, aux infrastructures de transport, aux relations internationales et transfrontalières, au tourisme et à la communication.
  2. Selon la journaliste du Canard enchaîné, Anne-Sophie Mercier, il présente faussement sa mère comme ayant été femme de ménage, alors qu'elle était en réalité concierge à la Banque de France (cf. Le Canard enchaîné, numéro du 19 juillet 2017, « Le bébé rageur », page 7).
  3. Gérald Darmanin revendique un grand-père harki. Dans le dossier de résistant de Ouakid Moussa (GR 16 P 452368 détenu et consultable au SHD de Vincennes) qui contient son parcours militaire avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, il n'est fait nulle mention qu'il était harki. Il ne pouvait l'être par ailleurs puisqu'il était adjudant-chef dans l'armée française et disposait donc du statut militaire alors que les harkis, stricto sensu, étaient des supplétifs recrutés sur place durant la guerre d'Algérie qui eux ne disposaient pas du statut militaire sous lequel étaient au contraire placés, par exemple, les tirailleurs. Les supplétifs étaient des civils liés à l’armée française par un simple contrat, qui n’assurait pas les mêmes protections que le recrutement dans les cadres de l’armée. Même si dans le vocabulaire contemporain, le terme « harki » renvoie parfois à l’ensemble des auxiliaires d’origine algérienne ayant combattu aux côtés de l’armée française pendant la guerre d’Algérie, et pas seulement aux harkis stricto sensu, il ne peut en aucun cas être appliqué à une personne gradée disposant du statut militaire (voir décret no 61-1201 du 6 novembre 1961 qui a fixé le cadre applicable aux personnels des harkas).
  4. Sa démission est acceptée par le préfet le [71].
  5. Le délai entre la cassation de novembre 2019 et la reprise de l'examen de la plainte en juin 2020 correspond aux grèves de l'hiver 2019 suivies du confinement du printemps 2020.

Références

  1. a b c et d Saïd Mahrane, « Gouvernement : l'incroyable destin de Gérald Darmanin », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2017).
  2. François Miguet, « Les Petits Secrets de Gérald Darmanin », Capital, no 311,‎ , p. 32-34.
  3. « Chanteur, Pêcheur, Amoureux... des chats et du vin : secrets de Gérald Darmanin », sur journaldesfemmes.fr, (consulté le 16 juillet 2020)
  4. Acte de mariage N° 287 de Rocco Darmanin et Adèle Demarque à Denain le 11 décembre 1926, Etat civil de la ville de Denain
  5. Les Darmanin de Malte, dont le nom signifie d'Arménie, descendraient de croisés, voire de corsaires issus de la noblesse arménienne arrivés à Malte au XVe siècle : (en) « Malta and Its Connection with the Kingdom of Armenia », sur The Armenian Weekly, ArmenianWeekly, (consulté le 16 juillet 2020).
  6. "Ma mère était femme de ménage, mon grand-père harki et ancien tirailleur algérien, mon père tenait un bistro. Mon deuxième prénom est Moussa", a-t-il déclaré dans un portrait que lui a consacré Libération en 2012", dans Gérald Darmanin, un sarkozyste devenu macroniste, site de Capital.fr, 17 mai 2017. Il était également adjudant-chef dans l'armée française et décoré de la médaille militaire (Décret du 17 avril 1958, « Ouakid Moussa, adjudant-chef, classe 1927 M, recrutement d'Alger, mie R. M. 2311; 28 ans de services, 5 campagnes », Journal officiel de la République française, 1958, p. 4346).
  7. Dossiers administratifs de résistantes et résistants, Musée de la résistance en ligne, Dossier GR 16 P 452368
  8. « Sans enfant et divorcé : qui est le ministre Gérald Darmanin ? », Planet,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2018).
  9. « Gérald Darmanin : Mariage surprise avec Rose-Marie pour le ministre », sur purepeople.com, (consulté le 29 août 2020).
  10. « Gérald Darmanin : qui est Rose-Marie, sa future femme ? », sur closermag.fr, (consulté le 29 août 2020).
  11. « Qui est Gérald Darmanin, le protégé de Nicolas Sarkozy ? » (consulté le 6 mars 2015).
  12. a et b Sylvain Chazot, « 5 choses que vous ignoriez sur l'UMP Gérald Darmanin (et que vous auriez préféré ne jamais savoir) », sur Le Lab (consulté le 18 mai 2017).
  13. « Budget. Qui est Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics ? », sur Ouest-France, .
  14. a b c d e et f Anne-Sophie Petitfils, « Mobilisations et luttes internes autour des questions homosexuelles à l’UMP : l’« affaire Vanneste » », Politix, vol. 4, no 92,‎ , p. 99-124 (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2015).
  15. La République des Apparatchiks. Enquête sur les meilleurs agents du système. Jean-Baptiste Forray Fayard, 31 mai 2017.
  16. Le Canard enchaîné du 19 juillet 2017, « Le bébé rageur », page 7.
  17. « Quand Gérald Darmanin écrivait dans un magazine royaliste - La Lettre A N° 1744 », sur La Lettre A.
  18. « Gérald Darmanin : « À Bercy, je ne suis pas extrêmement heureux » », Charles,‎ , p. 48 à 58 (lire en ligne).
  19. « Quand Gérald Darmanin était royaliste », sur L'Incorrect, (consulté le 21 octobre 2020)
  20. Les équipes parlementaires des eurodéputés: Entreprises politiques et rites d'institution. Sébastien Michon, Primento/Larcier, 30 juin 2014.
  21. « Gérald Darmanin, un proche de Douillet pour succéder à Vanneste », sur Le Monde, (consulté le 22 août 2019).
  22. Le petit dico politique de la relève. Samir Tounsi, Éditions Du Moment, 19 novembre 2015
  23. "Pas de voile dans les matchs en France", Le Figaro, 6 juillet 2012.
  24. « La Droite Populaire (LDP) — France Politique », sur www.france-politique.fr (consulté le 9 janvier 2019).
  25. lefigaro.fr, « UMP: Bertrand aurait ses parrainages », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2017).
  26. « France: la polémique sur la «théorie du genre» s'invite à l'Assemblée », rfi.fr, (consulté le 30 janvier 2014).
  27. Lille chasse la voiture du centre-ville, Le Monde, 24 sept. 2016.
  28. Le maire UMP de Tourcoing renonce à ses 3 100 euros d'indemnités, lefigaro.fr, 9 mai 2014.
  29. « Top - Gérald Darmanin », Le Figaro Magazine, semaine du 16 mai 2014, page 31.
  30. « Nominations », u-m-p.org, 5 décembre 2014.
  31. Alexis Delcambre, Matthieu Goar et Olivier Faye, « Marine Le Pen menace de ne pas participer à « Des paroles et des actes » sur France 2 », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 22 octobre 2015).
  32. « Cumul des mandats : une pratique restreinte à compter de 2017 », sur vie-publique.fr, (consulté le 31 octobre 2016).
  33. « Régionales : Gérald Darmanin et François Sauvadet quittent leur mandat de député pour la région », francetvinfo.fr, 14 décembre 2015.
  34. « Darmanin quitte la direction nationale de Les Républicains, critiquant "l'entourage" et la "méthode" de Sarkozy », huffingtonpost.fr, 7 janvier 2015.
  35. Sébastien Tronche, « Après l'avoir critiqué, Gérald Darmanin apporte son soutien à Nicolas Sarkozy pour la primaire », lelab.europe1.fr, 20 août 2016.
  36. « Bureau politique du 29 novembre 2016 », republicains.fr, 29 novembre 2016.
  37. « Le compteur des lâcheurs de Fillon : Ils sont pour l'instant 296 (max : 306) », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  38. A.B. avec AFP, « Fillon: Gérald Darmanin quitte son poste de secrétaire général adjoint de LR : En quittant son poste de secrétaire général adjoint du parti LR, Gérald Darmanin marque son désaccord avec la volonté de François Fillon de rester candidat à la présidentielle coûte que coûte… », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  39. AFP, « Face à l'acharnement de Fillon, Gérald Darmanin quitte son poste de secrétaire général adjoint des Républicains : "Le respect de la parole donnée est la seule façon de lutter contre le FN. La trahir, c'est creuser le fossé avec le peuple" », HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  40. Louis Nadau, « Quand Darmanin étrillait Macron », bfmtv.com, 18 mai 2017.
  41. AFP, « Bruno Le Maire et Gérald Darmanin exclus des Républicains : L e gouvernement du nouveau Premier ministre Édouard Philippe, a été dévoilé ce mercredi 17 mai. Il compte 22 membres dont trois ministres d'État. Premières réactions à ces nominations du monde politique et des syndicats », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017).
  42. Arthur Berdah et Loris Boichot, « Pour Baroin, Le Maire et Darmanin sont des « prises d'otages », pas des « prises de guerre » : Invité de RTL ce jeudi matin, le chef de file des Républicains pour les élections législatives a minimisé l'entrée au gouvernement de deux membres de sa famille politique. Il refuse toutefois de les exclure «juridiquement », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017).
  43. « Cinq membres pro-Macron, dont Edouard Philippe, exclus par Les Républicains », sur lci.fr, (consulté le 31 octobre 2017)
  44. « Darmanin, Solère et Lecornu adhèrent à En Marche », jdd,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2017).
  45. Philippe Père, « Bayrou, Collomb, Philippe... Que se passe-t-il lorsqu'un maire devient ministre ? », sur RTL, (consulté le 11 juillet 2017).
  46. Jean-François Rebischung, « Le ministre toujours maire », sur Nord Éclair, (consulté le 11 juillet 2017).
  47. A. Cl et V, « Gérald Darmanin, devenu ministre, ne sera plus maire le premier septembre : Nommé ministre de l’Action et des Comptes publics en mai dernier, le maire de Tourcoing est contraint de rendre son écharpe. Ce sera fait lors d’un conseil municipal réuni le 1er septembre », La voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017).
  48. Sarah Ugolini, « Les restaurants à 200 euros de Gérald Darmanin : Lors d'un discours à la Sorbonne, le ministre de l'Action et des Comptes publics a voulu montrer son empathie envers les "gilets jaunes" en se plaignant "des additions dans les restaurants parisiens de 200 euros". Une déconnexion des réalités des Français qui ne passe pas », Capital,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  49. Claire Rodineau, « Pour parler de la déconnexion avec les "gilets jaunes", Darmanin évoque "les restos parisiens à 200 euros" : Dans une conférence donnée à la Sorbonne, le ministre de l'Action et des Comptes publics a expliqué devoir "comprendre ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros" », BFM TV,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  50. Jean-Bernard Litzler, « “Gilets jaunes” : pour Darmanin, “c'est la peste brune qui a manifesté” sur les Champs-Élysées », sur Le Figaro, .
  51. « La déclaration d'impôt risque de disparaître dans les prochaines années », sur BFMTV (consulté le 22 mars 2019).
  52. « Impôts : vers la fin de la déclaration de revenus ? », sur Franceinfo, (consulté le 22 mars 2019).
  53. Benoît Floc'h et Audrey Tonnelier, « Gérald Darmanin propose de supprimer la déclaration de revenus : Le ministre veut exempter de cet exercice annuel les personnes dont la situation n’a pas changé dans l’année », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  54. « Sur RMC, Gérald Darmanin s'interroge sur la redevance audiovisuelle: « Elle doit évoluer car beaucoup n'ont plus d'appareils mais regardent sur internet » », sur RMC (consulté le 29 mars 2019)
  55. AFP, « Gérald Darmanin propose de supprimer la redevance télévisuelle », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  56. « Le ministre Gérald Darmanin propose à Emmanuel Macron de supprimer la redevance audiovisuelle : Le ministre de l'Action et des Comptes publics a indiqué qu'il avait proposé cette mesure au président de la République et au Premier ministre », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  57. AFP, « Gérald Darmanin propose la suppression de la redevance audiovisuelle : Le ministre des comptes publics estime que la suppression progressive de la taxe d’habitation va compliquer la perception de la contribution à l’audiovisuel public », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  58. « Gérald Darmanin à Tourcoing : «Je suis tête de liste, c'est pour être maire» », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 15 mai 2020).
  59. « Élections municipales : Gérald Darmanin tête de liste à Tourcoing », sur lemonde.fr, (consulté le 15 mai 2020).
  60. « Municipales : Gérald Darmanin élu dès le premier tour à Tourcoing », sur lemonde.fr, (consulté le 15 mai 2020).
  61. « Municipales 2020 : La République en marche à la peine », sur la-croix.com, (consulté le 15 mai 2020).
  62. « Gérald Darmanin élu maire de Tourcoing », sur francebleu.fr, .
  63. « Ministre et maire de Tourcoing : pourquoi l'exécutif autorise Gérald Darmanin à cumuler », sur europe1.fr, (consulté le 23 mai 2020).
  64. « Édouard Philippe : «Quand on est ministre, on ne peut pas cumuler avec la tête d’un exécutif local. Donc il leur appartiendra de dire s’ils veulent rester [au] gouvernement.» », sur Libération.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  65. a et b Le Monde avec AFP, « Elu maire de Tourcoing, Gérald Darmanin conserve bien son fauteuil de ministre », sur lemonde.fr, (consulté le 24 mai 2020).
  66. Nathalie Schuck et Marc Vignaud, « EXCLUSIF. Le jour où Macron et Philippe ont retenu Darmanin », sur lepoint.fr, (consulté le 20 mai 2020).
  67. Décret du 6 juillet 2020 relatif à la composition du Gouvernement.
  68. « Gérald Darmanin démissionne du Conseil régional des Hauts-de-France et annoncera bientôt sa décision pour Tourcoing, ville dont il est maire », sur francetvinfo.fr, (consulté le 10 juillet 2020).
  69. « Darmanin va démissionner de son mandat de maire de Tourcoing le 14 juillet », sur 20minutes.fr, (consulté le 13 juillet 2020).
  70. « Gérald Darmanin annonce que le futur maire de Tourcoing sera connu fin août », sur francebleu.fr, (consulté le 2 août 2020).
  71. « Nord: Doriane Becue officiellement élue maire de Tourcoing en remplacement de Gérald Darmanin », sur bfmtv.com (consulté le 13 septembre 2020).
  72. Magali Lafourcade, « Du point de vue de la garantie des droits de l’homme, la nomination de Gérald Darmanin place Beauvau devrait faire débat », sur lemonde.fr, (consulté le 9 juillet 2020).
  73. « Darmanin à Beauvau, c’est un affront, une déclaration de guerre », sur liberation.fr, (consulté le 9 juillet 2020).
  74. Audrey Tonnelier et Nicolas Chapuis, « Gérald Darmanin veut « peser » à Beauvau », sur lemonde.fr, (consulté le 14 juillet 2020).
  75. Cédric Pietralunga et Nicolas Chapuis, « Bousquet de Florian nommé nouveau directeur du cabinet du ministère de l’intérieur », sur lemonde.fr, (consulté le 24 juillet 2020).
  76. « L'équipe de Gérald Darmanin pour occuper le terrain médiatique », sur La Lettre A.fr, (consulté le 11 septembre 2020).
  77. Albert Zennou, « Gérald Darmanin: «Il faut stopper l’ensauvagement d’une partie de la société» », sur Le Figaro.fr, (consulté le 27 août 2020).
  78. Le HuffPost avec AFP, « En parlant "d'ensauvagement de la société", Darmanin donne des gages à la police et à la droite dure », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 26 juillet 2020).
  79. a et b Héléna Berkaoui et Iban Raïs, « «Ensauvagement»: Gérald Darmanin heurte jusqu'au sein de LREM », sur Mediapart, (consulté le 29 juillet 2020).
  80. Nicolas Celnik, « «Ensauvagement» : le grand retournement », sur Libération.fr, (consulté le 27 août 2020).
  81. Alexandre Lemarié, « Macron recadre Darmanin et Dupond-Moretti après la polémique sur le terme « ensauvagement » », sur lemonde.fr, (consulté le 11 septembre 2020).
  82. Rémi Duchemin, « Sur le terrain, la politique du chiffre est bien de retour pour les policiers », sur europe1.fr, (consulté le 20 septembre 2020).
  83. « Enseignant décapité : Gérald Darmanin va demander l'expulsion de 231 étrangers en situation irrégulière et fichés pour radicalisation à caractère terroriste », sur Franceinfo, (consulté le 18 octobre 2020)
  84. « Gérald Darmanin a demandé la fermeture de la mosquée de Pantin », sur 20minutes.fr (consulté le 19 octobre 2020)
  85. a b et c Stéphanie Fontaine, « Gérald Darmanin continue de cumuler les mandats et les indemnités : Le ministre des Comptes publics n'est plus maire de Tourcoing mais demeure vice-président de la Métropole européenne de Lille », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  86. « Déclaration d’intérêts de M. Gérard Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics », sur hatvp.fr (consulté le 16 septembre 2018).
  87. a et b Thomas Perroteau avec Yves Adaken, « Cumul, absences, indemnités : les mauvais comptes de Gérald Darmanin : Le ministre de l’Action et des Comptes publics empile toujours les mandats locaux pour ne pas injurier l’avenir. Mais ce roi du cumul est aussi un champion des absences. C'est notamment le cas à la Région qui lui verse 100 % de son indemnité de conseiller alors qu'il n'est présent qu'à 20 % des séances », Médiacités Lille,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2019).
  88. Vincent Jauvert, « Les drôles de leçons de morale de Gérald Darmanin le cumulard », nouvelobs.com, 26 novembre 2018.
  89. Quentin Vasseur, « Gérald Darmanin démissionne de la vice-présidence de la MEL, un mois après s'y être engagé », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne).
  90. « Maire et ministre, Gérald Darmanin dit avoir été «autorisé» à cumuler », sur Le Figaro.fr, (consulté le 24 mai 2020).
  91. « Élu maire de Tourcoing, Gérald Darmanin va être autorisé à rester au gouvernement », sur Franceinfo, (consulté le 23 mai 2020).
  92. Marine Turchi et Antton Rouget, « Affaire Darmanin: la deuxième plaignante livre son récit », sur Mediapart (consulté le 20 juillet 2020)
  93. « L’enquête pour «abus de faiblesse» visant Darmanin classée sans suite », sur Libération.fr, (consulté le 14 novembre 2019)
  94. Antton Rouget et Marine Turchi, « Retrait de plainte, nouveaux SMS: les derniers rebondissements de l’affaire Darmanin », sur Mediapart (consulté le 31 juillet 2020)
  95. AFP, « Accusations contre Darmanin : Une association saisit la justice pour relancer une affaire classée en 2018 », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020)
  96. Irène Ahmadi, « Darmanin : “Pourvoir Féministe” tente de relancer une affaire classée en 2018 », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020).
  97. « Affaire Darmanin : une ex-plaignante prend sa défense par SMS », sur Le Point, (consulté le 10 septembre 2020)
  98. « Darmanin accusé de « trafic d’influence » : le parquet de Paris classe sans suite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020)
  99. a b c et d Lucie Soullier, Émeline Cazi et Olivier Faye, « Gérald Darmanin visé par une accusation de viol », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019)
  100. Vincent Vantighem, « Gouvernement Castex : Où en est la plainte pour viol visant Gérald Darmanin ? », sur 20minutes.fr,
  101. « Plainte contre Darmanin : ses avocats ne nient pas les faits… mais n’y voient pas un viol », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  102. « Les avocats de Gérald Darmanin ne nient pas les faits qui lui sont reprochés, mais n’y voient pas un viol », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 26 juillet 2020)
  103. Anaïs Condomines, « Pourquoi l'enquête pour viol contre Gérald Darmanin a-t-elle été rouverte ? », sur Libération.fr, (consulté le 14 juillet 2020)
  104. a et b « Plainte pour viol contre Darmanin : un juge ordonne un non-lieu », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019)
  105. AFP, « Plainte pour viol contre Darmanin : un juge ordonne un non-lieu », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2020)
  106. « La justice va réexaminer le non-lieu dont a bénéficié Gérald Darmanin, accusé de viol », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019)
  107. « Darmanin accusé de viol : la justice ordonne la reprise des investigations », sur RTL.fr (consulté le 11 juin 2020)
  108. Antton Rouget et Marine Turchi, « Plainte pour viol contre Gérald Darmanin: le dossier est relancé », sur Mediapart (consulté le 12 juin 2020)
  109. « La justice ordonne la reprise des investigations sur les accusations de viol contre Gérald Darmanin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2020)
  110. Marion Dubreuil et AFP, « Accusation de viol contre Gérald Darmanin : la justice ordonne la reprise des investigations », sur Europe 1, (consulté le 31 juillet 2020)
  111. « Les militantes féministes ulcérées par les nominations de Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juillet 2020)
  112. (en-US) Adam Nossiter, « Macron’s New Cabinet Stirs Ire of French Feminists », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 13 juillet 2020)
  113. « Darmanin et Dupond-Moretti déjà au centre des critiques », sur 20minutes.fr (consulté le 7 juillet 2020)
  114. a et b Lénaïg Bredoux, « Pourquoi la promotion de Darmanin pose problème », sur Mediapart, (consulté le 16 juillet 2020).
  115. AFP, « Premier jour de Darmanin à l'Intérieur, bronca des féministes », sur lepoint.fr, (consulté le 16 juillet 2020).
  116. « Darmanin : “Pourvoir Féministe” tente de relancer une affaire classée en 2018 », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 31 juillet 2020)
  117. Aziz Zemouri, « Gérald Darmanin visé par des menaces de mort », sur lepoint.fr, (consulté le 3 août 2020)
  118. « les élus de la majorité », sur tourcoing.fr (consulté le 23 juillet 2018).
  119. « Démission du CA », sur La Voix Du Nord, .
  120. « SEM VILLE RENOUVELEE », sur Fédération des Epl (consulté le 30 mai 2016).
  121. « Elus du SMIRT - Smirt », sur smirt-npdc.fr (consulté le 30 mai 2016).
  122. « Tous les jeux de données de 1958 à 2012 au format XLS en une archive », sur data.gouv.fr (consulté le 23 mai 2020).
  123. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 23 mai 2020).
  124. « Résultats municipales 2020 à Tourcoing », sur Le Monde.fr, Le Monde (ISSN 1950-6244, consulté le 23 mai 2020).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

Liens externes

Information

Article Gérald Darmanin en français Wikipedia a pris les places suivantes dans le classement local de popularité:

Le contenu présenté de l'article Wikipédia a été extrait en 2020-11-09 sur la base de https://fr.wikipedia.org/?curid=6368328